Drôme et Ardèche : les professionnels de santé invités à vérifier et compléter si besoin la vaccination contre la rougeole

Publié le 26 nov. 2023 à 21h53

Biographie

Médecin biologiste.

En France, le 16 novembre 2023, la Direction générale de la santé a diffusé auprès des médecins, infirmiers, sage-femmes et pharmacien des recommandations vaccinales contre la rougeole concernant les départements de la Drôme et de l’Ardèche. Ces recommandations s’inscrivent dans la lutte contre l’épidémie de rougeole qui s’est déclarée depuis le 19 septembre dans et autour d’un collège de la commune de Guilherand-Granges en Ardèche (voir la nouvelle du 22 octobre). Elles ont pour but d’éviter une reprise épidémique et de limiter la diffusion de l’épidémie.

Rappel de la situation

Le cas index est un adolescent drômois de retour d’un voyage en Indonésie. La souche virale identifiée chez ce patient circule en Indonésie, pays qui connait actuellement une circulation virale active. La souche est couverte par les vaccins commercialisés en France.

Au 8 novembre 2023, 64 cas de rougeole ont été recensés dont 40 % étaient non ou incomplètement vaccinés et 60 % étaient vaccinés avec 2 doses de ROR, mais 73 % des adolescents vaccinés 2 doses avaient reçu leur première dose avant l’âge de 12 mois (la majorité des cas sont nés entre 2009 et 2011, années pendant lesquelles il était recommandé de vacciner avant 12 mois les enfants entrant en collectivité, mais aussi années d’épidémie majeure de rougeole en Rhône-Alpes notamment en Ardèche mais aussi en Drôme, ayant pu renforcer la vaccination précoce, avant l’âge de 12 mois).

Le taux d’attaque chez les collégiens vaccinés après 12 mois était de 3 %, contre respectivement 10 % chez les vaccinés 1ère dose avant 12 mois et 100 % chez les non vaccinés.  Si 9 cas sur 10 étaient rattachés au collège, l'épidémie a toutefois touché l’entourage (fratrie, parents, amis) pour la grande majorité non à jour de leur vaccination contre la rougeole.

La situation semble désormais se stabiliser avec un nombre de cas très inférieur aux semaines précédentes et à la semaine 2023-40 où le pic épidémique a été atteint.

Une vaccination précoce avant 12 mois peut entrainer une moindre immunité à long terme et expliquer la proportion importante de collégiens vaccinés ayant contracté une rougeole.

Recommandations adressée aux professionnels de santé de la Drôme et de l'Ardèche

  • Vérifier le statut vaccinal de toutes les personnes nées à partir de 1980 en vous assurant que chaque personne a bien reçu 2 doses de vaccin contre la rougeole et que ces 2 doses ont bien été administrées après l’âge de 12 mois, avec un délai minimum de 1 mois entre les 2 doses ;
  • Compléter, si besoin, le schéma vaccinal par l’administration :
    • d’une 3e dose de vaccin ROR si la personne a déjà reçu deux doses mais que la 1ère dose a été administrée avant l’âge de 12 mois,
    • d’une 2e dose si une seule dose a été administrée après l’âge de 12 mois (recommandation générale chez les personnes nées depuis 1980),
    • de deux doses avec un délai minimum de 1 mois entre les doses si le patient n’a jamais été vacciné, n’a jamais contracté la rougeole, ou n’a reçu qu’une seule dose avant l’âge de 12 mois.

Ces recommandations s’inscrivent dans le respect des contre-indications habituelles des vaccins ROR commercialisés en France (PRIORIX et M-M-RVAXPRO) et dans l'instruction  relative à la conduite à tenir autour d’un ou plusieurs cas de rougeole du 28 septembre 2018.

Source : Direction générale de la Santé.