Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La grippe aviaire dans le monde en 2014 Médecine des voyages

Publié le 1 jan. 2015 à 15h49

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

La grippe aviaire peut être causée par plusieurs virus grippaux de type A qui circulent chez les animaux et chez l'homme.

De l'Asie à l'Europe, la grippe aviaire sévit dans plusieurs pays et fait l'objet d'une surveillance au niveau national et au niveau international, en raison de l'extrême gravité de certaines infections chez l'homme et parce qu'elle peut être à l'origine d'une pandémie grippale.

Voici un bilan des infections animales et humaines survenues en 2014.

Virus aviaire A(H5N1)

  • En Egypte, une femme infectée par le virus A(H5N1) est décédée la semaine passée dans la province d'Assouan. Au Caire, un cas a été diagnostiqué chez un homme de 42 ans le 26 décembre 2014. Il s'agit du premier cas survenu dans la capitale égyptienne. Parmi les 25 personnes diagnostiquées en Egypte, onze ont été guéries, quatre sont toujours en observation et 10 sont décédées.
  • En Libye, le 27 décembre, le ministère de la Santé fait état de 4 décès dus à la grippe aviaire, sans toutefois préciser la souche du virus ayant provoqué ces décès. Le virus A(H5N1) est suspecté mais sa responsabilité n'est pas confirmée à ce jour.
  • Au Japon, les autorités sanitaires ont ordonné lundi 29 décembre 2014 l'abattage de 42 000 poulets après la confirmation d'un foyer de grippe aviaire à virus A(H5N1), second épisode recensé dans l'archipel en moins d'un mois.

Le virus circule partout en Asie au niveau des oiseaux, des volailles (Viêt Nam, Inde, Indonésie, Russie ….).

Au total, le virus A(H5N1) a été responsable de plus de 400 décès, surtout en Asie du Sud-Est, depuis son apparition en 2003.

Virus aviaire A(H7N9)

En chine, de nouvelles souches s'adaptent à l'homme. Le virus aviaire A(H7N9) a entrainé plus de 170 décès dans ce pays depuis son apparition chez l'homme en 2013.

Virus aviaire A(H5N6)

A ce jour, ce virus a été responsable de deux cas humains en Chine, dont un décès.

Virus aviaire A(H5N9)

Un seul cas humain, survenu en Chine, a été rapporté.

Virus aviaire A(H5N3)

Un virus aviaire A(H5N3) a été isolé de façon épisodique chez des oiseaux malades en Chine, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Virus aviaire A(H5N8)

L'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a annoncé le 16 décembre 2014 que plus de 1 200 dindes d'un élevage sont mortes dans le nord de l'Italie, après avoir été contaminées par le virus de la grippe aviaire A(H5N8). L'élevage se situe à Porto Viro, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Venise, et comptait près de 32 000 volailles.

Un virus A(H5N8) hautement pathogène a été détecté en 2014 en Asie chez des volailles (République de Corée, Japon, Chine) et chez un cygne au Japon. Les animaux sont morts ou ont été abattus.

Le virus a été isolé aux Etats-Unis dans l'Idaho en 2008 sous une forme faiblement pathogène, ainsi qu'en 2014 en Californie et dans l'Oregon.

Un élevage de dindes a été atteint en Allemagne par le virus aviaire A(H5N8) hautement pathogène début novembre 2014 : 1 731 oiseaux y ont été abattus.

Pendant la même période, le virus a été détecté aux Pays-Bas dans un élevage de poules pondeuses et de reproduction. 150 000 animaux ont été abattus.

Le virus a également été détecté dans un élevage de canards au Royaume-Uni. Les 6 000 oiseaux de l‘élevage ont été abattus.

En Russie, le virus a été isolé chez un canard siffleur (Anas penelope) sain chassé dans le cadre des activités de surveillance organisées par le service fédéral russe de surveillance.

Virus aviaire A(H3N8)

En 2011, le virus aviaire A(H3N8) a tué 160 phoques communs (Phoca vitulina) aux Etats-Unis en Nouvelle-Angleterre. Le virus disséminerait par les sécrétions respiratoires. Il représente donc une menace pour la santé humaine.

Le virus A(H3N8) peut se répliquer et infecter des cellules pulmonaires humaines. Il se diffuse chez les furets par des gouttelettes respiratoires. Il est retrouvé chez des oiseaux et de nombreux mammifères, dont les chevaux, les chiens et les porcs.

Il est nécessaire de surveiller les virus grippaux chez les animaux sauvages et domestiques pour mieux comprendre les risques potentiels pour la santé publique et les changements génétiques permettant aux virus de diffuser chez l'homme.

Le voyageur doit rester vigilant et prendre en compte les conseils contre la grippe aviaire ci-dessous :

  • Ne pas visiter les marchés et les élevages de volailles vivantes ;
  • Éviter tout contact avec les volailles, oiseaux ou leurs déjections ;
  • Si un contact est survenu malgré tout, se laver les mains soigneusement avec de l'eau et du savon ;
  • Éviter d'entrer dans les zones où les volailles peuvent être abattues ;
  • La volaille et les œufs doivent être mangés bien cuits ;
  • Se laver les mains fréquemment avec de l'eau et du savon, particulièrement avant de manger, après être allé aux toilettes et lorsque les mains sont souillées par des sécrétions respiratoires après avoir toussé ou éternué ;
  • Utiliser des mouchoirs jetables ;
  • Éviter les endroits bondés et le contact avec des patients présentant une fièvre ;
  • Porter un masque lors de symptômes respiratoires ou lors de la prise en charge de patients fiévreux.

Le Ministère de la santé chinois met à la disposition du public un site internet pour la prévention de la grippe aviaire.

Les voyageurs, surtout ceux qui reviennent de zones touchées par la grippe aviaire et qui présentent de la fièvre ou des symptômes respiratoires, doivent immédiatement porter un masque puis consulter un médecin en précisant les conditions du voyage.

Sources : Promed ; Organisation mondiale de la santé.


Maladies : Grippe aviaire Grippe saisonnière