Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Nouveau schéma accéléré pour vacciner les voyageurs contre l'encéphalite japonaise

Publié le 16 juin 2015 à 17h35

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Commission des maladies infectieuses et des maladies émergentes (Haut Conseil de la santé publique, 2017- en cours)
Comité technique de vaccinations (Haut Conseil de la santé publique, 2007-2017)
Groupe vaccins (ANSM, 2016-en cours)
- Liens avec l'industrie :
DPI consultable sur le site HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/Personne?clef=2329 Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

L'autorisation de mise sur le marché (AMM) du vaccin contre l'encéphalite japonaise IXIARO vient d'être modifiée : il est maintenant possible, chez l'adulte âgé de 18 à 65 ans, d'effectuer un schéma accéléré en deux doses administrées à 7 jours d'intervalle.

L'encéphalite japonaise est la principale cause d'encéphalites virales en Asie.

Il s'agit d'une infection causée par un arbovirus du genre Flavivirus transmis par un moustique du genre Culex. La transmission à l'homme se produit surtout dans les zones rurales pendant les pics de précipitations et au cours des périodes d'irrigation des rizières. Dans les régions les plus méridionales, la transmission est pérenne tout au long de l'année.

Sur le plan clinique, l'infection se traduit par une maladie bénigne, qui se manifeste par de la fièvre et des céphalées ; les formes asymptomatiques sont fréquentes. Mais dans environ 1 cas sur 200, l'infection provoque des troubles graves, caractérisés par une fièvre élevée et des signes neurologiques (raideur de la nuque, désorientation, coma, crises convulsives, paralysies) dont la létalité (proportion de décès parmi les cas) peut atteindre 60 % ; un tiers des survivants conservent des lésions permanentes du système nerveux central.

La zone d'endémie inclut l'Asie de l'Est et du Sud-Est , le sous-continent indien, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'extrême nord de l'Australie.

Dans les régions endémiques, la maladie touche principalement les jeunes enfants, qui conservent ensuite une immunité durable, et les personnes âgées.

En dehors de la protection contre les piqûres de moustiques, la prévention de l'encéphalite japonaise repose sur la vaccination.

Evolution du schéma de primo-vaccination par IXIARO en 2 doses en 7 jours, validé uniquement chez l'adulte.

Le vaccin IXIARO est indiqué pour l'immunisation active contre l'encéphalite japonaise d'adultes, adolescents et enfants de 2 mois et plus, exposés à un risque d'infection par le virus de l'encéphalite japonaise lors d'un séjour en Asie ou en Océanie.

L'évolution du schéma vaccinal concerne la possibilité de vacciner selon un schéma rapide les adultes âgés de 18 à 65 ans. Le schéma vaccinal consiste toujours en deux doses mais celles-ci peuvent être administrées à 7 jours d'intervalle, au lieu de 28 jours d'intervalle.

Le schéma vaccinal avec un délai de 28 jours entre les doses reste valide pour tous les adultes à partir de 18 ans.

Il faut rappeler que quel que soit le schéma vaccinal, la primo-vaccination doit être achevée au minimum une semaine avant l'exposition au virus de l'encéphalite japonaise.

Schémas vaccinaux inchangés chez les personnes âgées de 2 mois à 17 ans révolus.

Chez les voyageurs âgés de 3 ans à 17 ans, le schéma vaccinal repose en l'administration de deux doses à 28 jours d'intervalle.

Chez l'enfant âgé de 2 mois à moins de 3 ans (soit 2 ans révolus), le schéma consiste en l'injection de deux demi-doses vaccinales à 28 jours d'intervalle.

Doses de rappel : pas de nouvelles données chez les personnes âgées de moins de 18 ans

Pour les adultes se trouvant à nouveau en situation d'être exposé au virus de l'encéphalite japonaise (voyageurs, résidants en zone d'endémie, personnel de laboratoire), une dose de rappel est recommandée dans un délai de 12 à 18 mois après la primo-vaccination.

Pour les enfants et les adolescents, aucun rappel n'est recommandé en l'absence de données d'efficacité et de tolérance disponibles.

Association vaccinale entre IXIARO et le vaccin contre la rage : pas d'impact sur la réponse immunitaire.

L'administration concomittante d'IXIARO avec les vaccins contre l'hépatite A avait été validée lors d'études antérieures. L'actualité concerne la disponibilité d'études d'immunogénicité du vaccin IXIARO co-administré avec un vaccin inactivé contre la rage chez des adultes âgés de 18 à 65 ans. Aucune interférence sur la réponse immunitaire (taux de séroconversion et moyenne géométrique des titres d'anticorps) n'a été observée pour chacun des deux vaccins, que le vaccin IXIARO ait été administré selon un schéma rapide (0, 7 jours) ou classique (0, 28 jours). Ceci présente un intérêt pratique car les deux doses du vaccin IXIARO à 7 jours d'intervalle peuvent être administrées au cours de la même séance vaccinale que les deux premières doses de la vaccination contre la rage dans deux sites d'injection différents, la 3ème dose de vaccin rabique étant administrée à J21.

Conclusion.

La possibilité d'administrer le vaccin IXIARO selon un schéma rapide avec 2 doses à 7 jours d'intervalle permet de répondre aux situations nécessitant une immunisation dans de meilleurs délais, d'autant plus que ce vaccin est disponible en pharmacie d'officine.

Le nouveau schéma vaccinal du vaccin IXIARO est pris en compte par le système expert de MesVaccins.net. Vous pouvez le tester ici.

Source : European Medicines Agency.


Maladie : Encéphalite japonaise

Vaccin : IXIARO

Référence principale :