Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Situation actuelle de la fièvre jaune en Amérique du Sud Médecine des voyages

Publié le 10 mar. 2019 à 11h39

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En 2019, l'Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé indique que 3 pays de la région des Amériques (Bolivie, Brésil et Pérou) ont notifié des cas confirmés de fièvre jaune survenus entre décembre 2018 et février 2019.

1. En Bolivie :

Un cas confirmé de fièvre jaune a été notifié chez un homme de 17 ans non vacciné, symptomatique le 11 février 2019. Le site probable de la contamination est  à Villa Tunari, dans le département de Cochabamba, zone considérée comme à risque de fièvre jaune. Le diagnostic a été biologiquement confirmé au centre national pour les maladies tropicales (CENETROP) par détection d'IgM et technique RT-PCR. 

Il n'y a pas eu rapports d'épizooties associées à ce cas.

Le dernier cas confirmé de fièvre jaune avait été notifié en 2018. Il s'agit d'un jeune un homme de 15 ans, sans antécédent de vaccination résidant à San Ramon dans le département de Beni, qui est une zone considérée comme étant à risque de fièvre jaune. Le patient avait voyagé à Costa Marques au Brésil (zone à à risque de fièvre jaune), avant le début des symptômes. Le diagnostic a été confirmé par détection d'IgM et RT-PCR.
En 2017 5 cas biologiquement confirmés ont été notifiés à l'Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé. 

2. Au Brésil :

En 2018, 504 cas de fièvre jaune ont été biologiquement confirmés dans plusieurs régions de l'État, dont 176 décès (létalité : 35 %).

Du premier janvier au premier mars 2019 les autorités sanitaires au Centre de vigilance épidémiologique ont notifié 48 cas de fièvre jaune biologiquement confirmés, dont 10 décès (létalité : 20,8 %). Quatre-vingt cas dont 6 décès ont été exclus.  Soixante-quatorze cas dont 7 décès sont toujours sous enquête. Les municipalités les plus touchées se situent dans le sud de l'État comme Eldorado, Iporanga, Cananeia et Cajati.

De son côté le Ministère de la santé, le 18 février 2019 pour la période du 1° janvier  au 15 février 2019 a notifiés 133 cas dont 38 ont été biologiquement confirmés, 50 ont été exclus et 45 sont encore sous enquête.

Selon les autorités sanitaires de l'État, du 1° juillet 2018 au 7 mars 2019, 8 cas ont été biologiquement confirmés, dont un décès (5 des cas sont autochtones et 3 importés). Cent-vingt-neuf cas ont été exclus et 62 sont toujours sous enquête.

3. Au Pérou :

En janvier et février 2019, 9 cas suspects de fièvre jaune ont été notifiés, dont 1 cas confirmé et 8 cas probables sont sous enquête. 

4. Conlusion :

Toutes ces données sont concordantes et démontrent que l'épidémie de fièvre jaune en Amérique latine est loin d'être terminée. La vaccination contre la fièvre jaune est très fortement recommandée pour tout type de séjour dans la région.

L'Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé encourage les États membres présentant des zones à risque de fièvre jaune à poursuivre leurs efforts en matière de vaccination des populations à risque et à prendre les mesures nécessaires pour tenir les voyageurs informés et vaccinés avant de se rendre dans les régions où la vaccination antiamarile est recommandée.Les recommandations pour les voyageurs internationaux sur la vaccination sont disponibles sur le site de l'Organisation mondiale de la santé qui détaille les directives pour le diagnostic de laboratoire et la vaccination contre la fièvre jaune.

La validité à vie de ces certificats s'applique automatiquement aux certificats délivrés après le 11 juillet 2016 ainsi qu'aux certificats délivrés antérieurement.

Les voyageurs qui prévoient de visiter les zones à risque de fièvre jaune devraient recevoir le vaccin contre la fièvre jaune au moins 10 jours avant de voyager, suivre des mesures pour éviter les piqûres de moustiques et être avertis des symptômes de la fièvre jaune.

En France, le Haut Conseil de la santé publique (recommandations sanitaires pour les voyageurs 2017 et avis relatif aux rappels de vaccination contre la fièvre jaune en Guyane) recommande en outre que les personnes dont la vaccination contre la fièvre jaune date de plus de 10 ans reçoivent une seconde dose de vaccin amaril en cas d'épidémie signalée dans le pays visité.

Les recommandations ou obligations vaccinales personnalisées pour un voyage en Amérique Latine, qu'elles concernent la fièvre jaune ou d'autres maladies à prévention vaccinale, sont disponibles sur MedecineDesVoyages.net.

Source : Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé. Ministère de la santé de la Bolivie, du Brésil et du Pérou.


Maladie : Fièvre jaune

Vaccin : STAMARIL

Référence principale :