Epidémies à virus Chikungunya, Zika et Dengue en cours en Colombie Médecine des voyages

Publié le 22 déc. 2019 à 09h54

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Colombie, trois virus, Chikungunya, Zika et dengue, circulent actuellement sous forme épidémique.

Le virus Chikungunya : avec l'ajout de six cas d'infection à virus Chikungunya signalés ces dernières semaines, les autorités sanitaires colombiennes ont porté le nombre total de cas à 515 (48 confirmés en laboratoire) pendant la première semaine de décembre. Plus de la moitié des cas ont été signalés à Putumayo, Cundinamarca, Santander, Tolima, Valle del Cauca et Antioquia. Il s'agit d'une diminution de 120 cas par rapport à la même période l'an dernier.

Le virus Zika : le nombre de cas d'infections à virus Zika a atteint 404, avec deux autres cas signalés la semaine se terminant le 7 décembre. Le nombre de cas signalés cette année est en baisse de 394 cas par rapport à 2018. Cinquante-cinq pour cent des cas ont été signalés à Putumayo, Valle del Cauca, Meta, Santander et Cundinamarca.

La dengue : le  ministère de la Santé a signalé 119 840 cas de dengue, dont 79 décès liés à la dengue. L'incidence nationale de la dengue est de 446,6 cas pour 100 000 habitants à risque. Pour les départements de Amazonas, Meta, Casanare, Huila, Tolima, Guainía, Arauca, Vaupés, Putumayo, Vichada, Sucre, Cesar, Guaviare, Boyacá, Cundinamarca, Norte de Santander, Santander et Magdalena, les taux d'incidence sont estimés à plus de 500 cas pour 100000 habitants.

Conseils aux voyageurs

Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de moustique. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

  • de réduire le temps passé à l'extérieur pendant les heures de pointe du moustique (entre le crépuscule et l'aube) ;
  • de porter des vêtements de couleur claire avec des manches longues, pantalons et chaussettes dans les zones où les moustiques sont présents ;
  • de se protéger des piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge contenant du DEET ; 
  • de nettoyer les gouttières et vider régulièrement les bains d'oiseaux et autres objets susceptibles de recueillir de l'eau ;
  • de s'assurer que les barils de pluie sont recouverts de moustiquaires ou qu'ils sont étroitement scellés autour du tuyau de descente des eaux de pluies ;
  • d'améliorer l'aménagement paysager pour empêcher l'eau stagnante autour de la maison.

Les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Afin d'éviter au maximum la dissémination du virus dengue, chikungunya ou Zika sur le territoire métropolitain, devant une fièvre d'apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour de voyage, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage.

Source : Outbreak News Today.