Plusieurs états africains rapportent des épidémies de méningite Médecine des voyages

Publié le 3 fév. 2021 à 08h44

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté des épidémies/flambées de méningite à méningocoques dans des pays de la «ceinture de la méningite de Lapeyssonnie». Les données publiées dans les Bulletins hebdomadaires de retro-information sur la méningite cérébrospinale (MCS) couvrant la période du 4 janvier au 24 janvier 2021 sont les suivantes :

  • Au Ghana, dans la région du Upper West
    • le district de Nandom qui avait a franchi le seuil d’alerte en début d'année avec des Taux d’Attaque (TA) respectifs de 9,3 cas pour 100 000 habitants et 3,7 cas pour 100 000 au cours des S1/2021 et S2/2021, a franchi le seuil épidémique avec un TA de 11,2 cas pour 100 000 habitants à la S3/2021, 
    • et le district de Nadowli-Kaleo a franchi le seuil d’alerte avec un TA de 4,1 cas/100 000 au cours de la S3/2021.
  • Au Niger, le district de Mirriah dans la région de Zinder qui était en épidémie à la S52/2020 et S53/2020 est passé en phase d'alerte à la S1/2021 avec un TA de 9,2 cas pour 100 000 habitants. Une campagne de vaccination de riposte a été organisée au niveau des Centres de Santé de Diney et Guéza Mahaman et a ciblée 17 577 personnes de 1 à 14 ans.
  • En République Centrafricaine, le district de Kembé-Satema dans la région 6 a franchi le seuil d’alerte à la S3/2021 avec un TA de 3,7 cas

A ce jour, aucune donnée sur le(s) sérogroupe(s) de méningocoque en cause n'est disponible. Au total, à la S3/2021, 647 cas suspects de MCS dont 34 décès ont été rapportés par 13 des 24 pays surveillés, avec une létalité de 5,3%. Il est difficile de connaître la situation épidémiologique actuelle dans plusieurs pays, en raison d’interruptions possibles dans des programmes de surveillance et de soins par la pandémie à coronavirus et d’un retard dans l’identification et la notification des cas de méningite.

Des épidémies de méningite sont fréquentes en Afrique sub-saharienne pendant la saison sèche qui survient généralement de décembre à juin. Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies. Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les méningocoques A, C, W et X. Ces dernières années des cas de méningite à pneumocoques ont aussi été observés. La méningite à méningocoques est transmise par contact direct (par gouttelettes respiratoires). En cas de symptômes (fièvre élevée, maux de tête, raideur de la nuque) il faut consulter immédiatement un médecin pour débuter un traitement antibiotique car l'évolution peut être foudroyante et devenir fatale en quelques heures. Un vaccin préventif contre les principales souches de méningocoques est disponible pour les adultes et enfants de plus d'un an.

Conséquences pour le voyageur (Haut Conseil de la Santé Publique. Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2020) : 

La vaccination contre les infections invasives à méningocoques avec le vaccin conjugué tétravalent (Menveo® ou Nimenrix®) est recommandée aux personnes :

  • se rendant dans une zone d’endémie, notamment la « ceinture de la méningite » en Afrique subsaharienne : zones de savane et Sahel, d’ouest en est, du Sénégal à l’Éthiopie, au moment de la saison sèche, favorable à la transmission du méningocoque (habituellement hiver et printemps) ou dans toute autre zone où sévit une épidémie, dans des conditions de contact étroit et prolongé avec la population locale ;
  • se rendant dans une zone d’endémie pour y exercer une activité dans le secteur de la santé ou auprès des réfugiés, quelle que soit la saison.

Source : Safetravel.