L'Afrique du Sud rapporte le 2ème cas de rage humaine en 2021 Médecine des voyages

Publié le 3 avr. 2021 à 09h36

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Afrique du Sud, un cas de rage humaine a été confirmé dans la province de Limpopo en mars 2021, selon le National Institute for Communicable Diseases (NICD). Le cas concernait un garçon de 7 ans qui a été admis à l'hôpital, incapable de marcher ou de manger, présentant une paralysie progressive et souffrant de confusion et d'hallucinations. Il avait été mordu par un chien deux mois auparavant à Thohoyandou, dans le district de Vhembe. Le virus de la rage a été détecté par RT-PCR sur un échantillon de salive prélevé sur l'enfant.

Il s'agit du deuxième cas confirmé de rage humaine en Afrique du Sud pour l'année 2021 à ce jour. L'autre cas a été signalé dans la province du Kwazulu-Natal (voir à ce propos la nouvelle 17144 du 4 mars 2021).

Le NICD indique que les décès dus à la rage peuvent être évités grâce à une prophylaxie post-exposition. Cela implique le nettoyage des plaies, la vaccination contre la rage et l'infiltration directe de la plaie avec de l'immunoglobuline antirabique (RIG) si cela est indiqué.

Source : Outbreak News Today.