Epidémiologie de la rougeole et conséquences pour le voyageur

Publié le 14 nov. 2021 à 22h07

Biographie

Médecin biologiste.

Avec la reprise progressive des voyages il est apparu nécessaire de faire un état des lieux de l’épidémiologie de la rougeole et de rappeler les recommandations vaccinales qui en découlent. En effet, un séjour dans un pays à risque impose un contrôle, et si besoin la mise à jour, de la vaccination du voyageur contre cette maladie.

Compte tenu des données épidémiologiques actuelles qui sont détaillées dans le premier chapitre de cette nouvelle, les pays suivants sont à considérer comme à risque vis à vis de la rougeole : 

  • Afrique : Angola, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Guinée, Guinée équatoriale, Liberia, Mozambique, Mali, Niger, Nigeria, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Somalie, Soudan, Tanzanie, Tchad.
  • Asie: Afghanistan, Pakistan, Yémen.

1. Données épidémiologiques relatives à la rougeole

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui collige les mises à jour mensuelles transmises par les pays membres, a publié en octobre 2021 un bilan des données qui lui ont été déclarées.

D’une manière globale, la situation épidémiologique parait moins critique qu’au cours des années précédentes. Cependant ces données, considérées comme provisoires par l’OMS, sont à interpréter au regard du contexte actuel de pandémie de covid 19 qui a eu un impact sur l’épidémiologie de nombreuses maladies infectieuses : la désorganisation des systèmes sanitaires a eu un impact sur la vaccination, mais a aussi été à l’origine de sous-déclarations ; les mesures barrières anti-covid 19 ont eu un impact sur d’autres maladies infectieuses partageant les mêmes modes de transmission. La confrontation du nombre de cas de covid 19 au nombre de cas de rougeole montre dans de nombreux pays une évolution inversée.

1.1. Données globales

A ce jour, 103 088 cas suspects (43 203 confirmés) ont été enregistrés par l’OMS en 2021, contre 153 222 cas suspects (81 638 confirmés) sur la même période de 2020.

La répartition par région est la suivante :

  • Région Afrique : 37 993 cas suspects (22 376 confirmés) en 2021 contre 56 356 cas suspects (41 392 confirmés) en 2020 (sur la même période de 2019 le nombre de cas suspect était de l’ordre de 278 500).
  • Région Méditerranée orientale : 22 384 cas suspects (14 504 confirmés) en 2021 contre 11 970 cas suspects (4 872 confirmés) en 2020.
  • Région Asie du Sud Est : 19 115 cas suspects (4 922 confirmés) en 2021 contre 23 518 cas suspects (9 146 confirmés) en 2020.
  • Région Pacifique occidental : 15 555 cas suspects (705 confirmés) en 2021 contre 24 358 cas suspects (5 759confirmés) en 2020.
  • Région Amérique : 5 626 cas suspects (502 confirmés) en 2021 contre 21 913 cas suspects (8 441 confirmés) en 2020.
  • Région Europe : 2 415 cas suspects (92 confirmés) en 2021 contre 15 107 cas suspects (12 028 confirmés) en 2020. Aucun cas n’a été notifié dans la zone surveillée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) entre septembre 2020 et août 2021. 

1.2. Données épidémiologique par région et par pays

a. Région Afrique de l’OMS  

L’OMS a considéré comme préoccupant les foyers de rougeole signalés par 14 pays. Ces pays sont cités par ordre alphabétique.

  • Burkina Faso avec 1 547 cas signalés ces 12 derniers mois (taux d’incidence pour 106 habitants sur les 12 derniers mois (TI) de 74,01), et 1 198 cas sur les 6 derniers mois.
  • Burundi : une épidémie de rougeole a été déclarée depuis novembre 2019 dans les camps accueillant des réfugiés congolais, puis s'est étendue à d'autres communautés. Depuis janvier 2021, 851 cas ont été signalés (TI de 71,57). En 2021, 6 districts sont en phase épidémique : Bubanza, Mpanda, Bugarama, Muyinga, Rumonge et Cibitoke.
  • Côte d’Ivoire avec 1 419 cas signalés ces 12 derniers mois (TI de 53,79).
  • Guinée Équatoriale qui signale seulement 55 cas ces 12 derniers mois mais montre un TI de 39,2.
  • Liberia avec 333 cas signalés ces 12 derniers mois (TI de 65,84).
  • Mali : depuis janvier 2021 jusqu'à la semaine 37 se terminant le 19 septembre, le Mali a rapporté un total de 1 326 cas suspects dont deux décès (TI de 45,02).
  • Mozambique avec 1 930 cas signalés ces 12 derniers mois (TI de 29,75).
  • Niger : de janvier au 18 juillet 2021, 9 095 cas suspects (924 confirmés) et 16 décès ont été signalés (TI de 68,87 sur les 12 derniers mois). Les enfants de plus de 4 ans représentent 55 % des cas.
  • Nigeria : de janvier 2021 au 31 août 2021, 10 106 cas suspects (6 718 confirmés) ont été signalés (TI de 41,48), dont 87 décès. L'État le plus touché est celui de Borno avec 5 614 cas. La tranche d'âge 9 - 59 mois représentait 75,1% de tous les cas confirmés.
  • République Démocratique du Congo : de la semaine 1 à la semaine 38 de 2021 (se terminant le 26 septembre) 41 099 cas suspects (991 cas confirmés) de rougeole (TI de 28,54) et 603 décès ont été signalés dans 369 districts sanitaires dans 26 provinces du pays. La flambée a été confirmée dans 82 districts de santé dans 23 provinces touchées, y compris la capitale Kinshasa.
  • République centrafricaine : du 1er janvier au 19 septembre 2021, 2 263 cas suspects (246 confirmés)  ont été signalés dont 9 décès (TI de 58,18). Les enfants de moins de 5 ans représentent 49 % des cas ; 42 % n'ont pas été vaccinés. Huit districts de santé sur 35 ont atteint le seuil épidémique : Bossebelé, Berbérati, Sangha-Mbaéré ; Nanga-Boguila, Batangafo, Mbaiki, Nana Gebrizi et Vakaga.
  • Somalie avec 4 447 cas signalés sur les 12 derniers mois (TI de 279,8), dont 2 949 cas sur les 6 derniers mois.
  • Tanzanie avec 2 293 cas signalés sur les 12 derniers mois (TI de 38,39).
  • Tchad : depuis le 1er janvier 2021 et jusqu'à la S36, 2 190 cas suspects (231 confirmés) et 13 décès (0,6%) ont été signalés dans 97 des 129 districts du pays (TI de 36,53).

D’autres pays qui ont par ailleurs signalé des cas de rougeole ne sont pas dans cette liste, mais leur situation épidémiologique semble devoir être prise en considération

  • Angola : en 2020, l'Angola a signalé un total de 1 220 cas suspects entre janvier et août, dont 1 008 ont été confirmés et 5 décès. De janvier à la semaine 18 de 2021, le pays a rapporté 241 cas suspects dans 12 districts sanitaires, dont 81 ont été confirmés et un décès. Les foyers confirmés concernent 5 districts : Banga, Caimbambo, Uige, Cuito et Samba Caju. La population touchée est constituée en majorité d'enfant (40,7 % < 5 ans, 24,6 % de 5 à 9 ans) et 96 % des cas n'ont jamais été vaccinés ou sont de statut vaccinal inconnu.
  • Cameroun : de la semaine 1 à la semaine 34 de 2021, le pays a rapporté 1 181 suspicions de rougeole (422 confirmés) avec 38 décès. Vingt et un districts répartis dans 7 régions du pays sont atteints. Le district sanitaire de Nwa, dans le Nord-Ouest du pays, est en phase épidémique mais les ressources limitées et les problèmes d’accessibilité et de sécurité empêchent une réponse adéquate à cette épidémie. 
  • Éthiopie : en 2021, au 3 octobre, 2 319 cas ont été rapportés (1 275 confirmés), dont 4 décès. Les risques semblent particulièrement accrus dans le Tigré du fait de difficultés rencontrées dans l’organisation des campagnes de vaccination.
  • Guinée : en 2021, à la date du 16 septembre, 3 248 cas suspects (183 confirmés) et 5 décès ont été signalés.
  • Soudan : depuis juillet 2021, des centaines de cas suspects de rougeole ont été signalés dans le Jebel Marra, une région isolée et montagneuse du Darfour. MSF a reçu le premier patient suspecté de rougeole dans sa clinique de Kalo Kitting le 17 juillet. Au 7 août, les cliniques de MSF avaient reçu 849 enfants suspectés de rougeole, dont 824 avaient moins de cinq ans, ainsi que 11 décès. Le ministère soudanais de la Santé a jusqu'à présent confirmé sept cas en laboratoire.

b. Région Méditerranée orientale 

La situation de la rougeole est considérée par l’OMS comme préoccupante dans trois pays.

  • L'Afghanistan, qui a déclaré au cours des 12 derniers mois 1 892 cas de rougeole (TI de 48,6), dont 1 298 cas lors des 6 derniers mois.
  • Le Pakistan, qui a déclaré au cours des 12 derniers mois 8 661 cas de rougeole (TI de 39,21), dont 6 395 cas lors des 6 derniers mois. Sur les 12 derniers mois, les TI chez les 1-4 ans était de 242,5 et de 329,1 chez les nourrisson âgés de moins d'un an. (cliquer ici pour plus d'information).
  • Le Yemen avec 1 235 cas signalés ces 12 derniers mois (TI 41,41).

c. Région des Amériques 

Les pays ayant signalé au moins un cas suspect sont les suivants : Argentine (42 cas ; 326 en 2020), Bolivie (59 cas ; 62 en 2020), Brésil (2003 cas ; 16 580 en 2020), Chili (31 cas ; 38 en 2020), Colombie (755 cas ; 594 en 2020), Costa Rica (14 cas ; 68 en 2020), Cuba (85 cas ; 906 en 2020), Equateur (149 cas ; 136 en 2020), Guatemala (68 cas ; 51 en 2020), Haïti (112 cas ; 108 en 2020), Honduras (36 cas ; 85 en 2020), Mexique (994 cas ; 2 211 en 2020), Nicaragua (124 cas ; 93 en 2020), Panama (14 cas ; 28 en 2020), Paraguay (435 cas ; 507 en 2020) Pérou (47 cas ; 58 en 2020), République Dominicaine (27 cas ; 15 en 2020), Salvador (268 cas ; 148 en 2020), Venezuela (936 cas ; 515 en 2020), soit un total de 6 207 cas suspects (22 588 en 2020).

Au total 610 cas ont été confirmés : 590 au Brésil et 20 cas, tous importés, aux Etats-Unis.

Au Brésil, la situation épidémiologique est variable selon les États. Les États d’Amapá, de Pará, et d’Alagoas sont toujours en phase épidémique et des cas de rougeole en lien avec des foyers brésiliens ont été rapportés en Guyane

L'Organisation panaméricaine de la santé/OMS recommande de rester vigilant face à l'apparition probable de nouveaux foyers d'ampleur variable dans la région des Amériques.

d. Région Asie du Sud Est : Le seul pays considéré comme préoccupant par l’OMS est l’Inde avec 4 597 cas ces 12 derniers mois (TI 3,33), dont 2 915 cas sur les 6 derniers mois. Plusieurs foyers de rougeole ont été signalés dans différents États du pays depuis le début de l'année.

e. Région Europe : Au regard des dernières données colligées par l’OMS, la situation en Europe ne parait pas poser de problème particulier.

2. Recommandations pour le voyageur

Tout voyage devrait être l’occasion de contrôler son statut vaccinal et si besoin de le mettre à jour et/ou de le compléter en fonction du pays de destination et du type de séjour. Pour ce qui concerne la prévention vaccinale de la rougeole les recommandations sont les suivantes.

2.1. De principe la vaccination contre la rougeole doit être à jour

Nourrisson : deux doses de vaccin trivalent contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) sont obligatoires. La première dose est administrée à 12 mois ; la dose de rattrapage est administrée entre le 16e et le 18e mois.

Personnes nées depuis 1980 et âgées de plus de 18 mois : elles devraient avoir reçu au total deux doses de vaccin trivalent, en respectant un délai minimal d’un mois entre les deux doses, quels que soient les antécédents vis-à-vis des trois maladies.

La consultation médicale préalable à un voyage, quelle qu’en soit la destination, sera l’occasion d’un rattrapage vaccinal qui pourra consister à administrer la seconde dose si elle n’a pas été faite ou à débuter une vaccination, qui sera suivie d’une dose de rattrapage administrée avant le départ ou au retour en fonction du délai disponible. 

2.2. En cas de séjour dans une zone à risque (de forte endémicité)

Nourrissons âgés de 6 à 11 mois révolus : Une dose de vaccin ROR (selon une procédure de Recommandation Temporaire d’Utilisation pour les enfants de 6 à 8 mois révolus), puis 2 doses de vaccin ROR suivant les recommandations du calendrier vaccinal en vigueur (1 dose à l’âge de 12 mois, puis une dose entre 16 et 18 mois).

Enfants à partir de 12 mois : Une première dose de vaccin ROR dès l’âge de 12 mois suivie d’une seconde dose entre 16 et 18 mois ; cette seconde dose peut être administrée plus rapidement en cas de voyage, en respectant un délai minimum d’un mois entre les 2 doses.

Personnes nées à partir de 1980 et âgées de plus de 12 mois : deux doses au total de vaccin ROR, quels que soient les antécédents d’immunisation vis-à-vis de la rubéole et des oreillons. La seconde dose peut être administrée en respectant un délai minimum d’un mois entre 2 doses. Les personnes antérieurement vaccinées à 2 doses et dont la première dose a été administrée avant l’âge de 12 mois doivent recevoir une troisième dose.

Personnes nées avant 1980 : dans un contexte de voyage en pays d’endémie, il est recommandé que les personnes non protégées contre la rougeole (sans antécédent connu de rougeole ou non vaccinées antérieurement) reçoivent une dose de vaccin ROR avant le départ.

2.3. Contre-indications vaccinales 

Comme tout vaccin vivant atténué, le vaccin trivalent ROR est contre-indiqué chez les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes (la grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination, cependant, la vaccination par inadvertance d’une femme enceinte ne doit pas être un motif d’interruption de grossesse) ; l’allaitement n’est pas une contre-indication à cette vaccination.

Dans un contexte de voyage, pour certaines destinations, la co-administration des vaccins ROR et anti-amaril pourra se discuter. Si les délais le permettent, il faut éviter une co-administration des vaccins contre la fièvre jaune et ROR et respecter un délai minimum d’un mois entre l’injection des deux vaccins. Cependant, en cas de départ imminent en zone d’endémie amarile, les vaccins amaril et ROR peuvent être administrés à n’importe quel intervalle, y compris simultanément (dans des sites d’injection différents) (voir la nouvelle 18228 du 18 octobre 2021).

Sources : Organisation mondiale de la santé, Organisation panaméricaine de la santé, Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Bulletin hebdomadaire sur les épidémies et autres urgences (Bureau régional pour l'Afrique/OMS).




















,