Sécurité des vaccins contre la covid 19 : nouvelles données du 26/11/2021 au 09/12/2021

Publié le 25 déc. 2021 à 20h02

Biographie

Médecin et développeur

Liens d'intérêt

Pas de lien d'intérêt avec l'industrie du vaccin

Voici un résumé du point de situation de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) concernant la surveillance des événements indésirables faisant suite à une vaccination contre la covid 19. Sont répertoriés les événements indésirables d'un nouveau type apparus du 26/11/2021 au 09/12/2021

Remarque liminaire sur l'interprétation des données de sécurité vaccinale publiées par l'ANSM.

Globalement, le nombre d'événements indésirables suivant la vaccination est très faible quand on le rapporte au nombre très élevé de personnes vaccinées. La publication régulière des données de surveillance des événements indésirables post-vaccinaux est un gage de transparence. Pour autant, un événement indésirable post-vaccinal n'est pas synonyme d'effet indésirable imputable au vaccin, même si les deux termes sont souvent utilisés indifféremment. Rappelons que si, à une date donnée, un million de personnes recevait un placebo (préparation inactive que l'on substitue à un médicament) au lieu d'un vaccin, on pourrait observer dans les six semaines suivantes 1 à 7 décès, 2 à 5 cas de syndrome de Guillain-Barré et 30 à 90 cas de névrite optique ; pour 10.000 femmes enceintes, le chiffre attendu d'avortements spontanés est de 170. Ces chiffres moyens sont probablement très variables selon le temps et le lieu. Ainsi, le syndrome de Guillain-Barré pouvant survenir au décours d'une grippe, la fréquence de ce syndrome est-elle probablement plus élevée dans un contexte d'épidémie de grippe. Ces données montrent que le développement d'une maladie après administration d'un vaccin, parfois considéré comme la preuve de l'imputabilité de la vaccination, est en réalité le plus souvent une coïncidence temporelle (voir cet article).

Les événements indésirables post-vaccinaux sont très similaires et font l'objet d'un suivi coordonné pour les deux vaccins à ARNm autorisés (Comirnaty et Spikevax).

1. Comirnaty (Pfizer-BioNTech)

Nouveaux signaux sur la période

  • Hépatites auto-immunes : un total de 14 cas d'hépatites auto-immunes ont été déclarés au 11 novembre 2021. Parmi ces cas, le diagnostic d'atteinte hépatique auto-immune n'a pas été établi dans 2 cas, et les informations étaient insuffisantes dans 5 cas pour évaluer le rôle du vaccin. Pour les 7 autres cas analysés, ils sont survenus chez 5 femmes et 2 hommes dans un délai moyen de 21 jours chez des patients quarantenaires à nonagénaires. Trois cas sont survenus après la première injection, 3 cas sont survenus après la deuxième injection et pour un cas le rang vaccinal n'est pas renseigné. Ces cas sont d'évolution favorable après la mise sous traitement médicamenteux. Cet événement fait l'objet d'un signal potentiel commun aux ARNm.
  • Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR) : un total de 70 cas de PPR ont été notifiés au 11 novembre 2021. L'âge médian de ces cas est de 72 ans, avec une répartition similaire entre les 2 sexes (51,5 % de femmes). Ces cas sont survenus après la première injection pour 32 cas avec un délai moyen de 11 jours et après la deuxième injection pour 38 cas avec un délai moyen de 25 jours. L'amélioration des symptomes est très rapide sous cortisone.

Nouveaux événements sur la période à surveiller

  • Thrombose veineuse cérébrale : un total de 65 cas de thromboses veineuses cérébrales ont été déclarés au 11 novembre 2021. Ces cas sont survenus après la première injection chez 27 patients, après la deuxième injection chez 32 patients et l'information n'était pas disponible pour 6 patients. Ces cas concernent 26 hommes et 39 femmes, et sont survenus dans un délai de plus de 15 jours dans près de la moitié des cas. Quarante cas sont résolus ou en cours de rétablissement, les autres étant « non rétablis » au moment de la déclaration. A ce stade, aucun lien avec la vaccination n'a été établi. Cet évènement fera l'objet d'un suivi particulier. 

Signaux potentiels ou événements déjà sous surveillance

Troubles menstruels (signal commun aux vaccins à ARNm Comirnaty et Spikevax) : une expertise approfondie sur les troubles menstruels a été réalisée : 562 cas de troubles menstruels ont été notifiés depuis le début suivi dont 29 graves au 4 novembre 2021. L'âge médian est de 27 ans avec des délais de survenus médian de 3 jours suivant la vaccination pour les cas de saignements. Ces effets sont survenus à plus de 46 % après la première injection, et plus de 47 % après la deuxième injection. Les effets les plus notifiés sont les saignements (ménorragie ou métrorragie), les aménorhées et les retards de règles.

Il s'agit majoritairement d'événements de courte durée et spontanément résolutifs. Les données disponibles ne permettent pas de déterminer le lien direct entre le vaccin et la survenue de ces troubles du cycle menstruel. Ces événements restent sous surveillance.

Conduite à tenir pour les femmes concernées. Les troubles du cycle (aussi appelés anomalies du cycle) sont des irrégularités du cycle menstruel. Ils peuvent affecter à la fois la fréquence et l'intensité des saignements : les règles peuvent être irrégulières, douloureuses (dysménorrhée), trop abondantes, trop prolongées (ménorragie) ou absentes (aménorrhée). Il est également possible que des saignements surviennent entre deux cycles (métrorragie).

Si ces troubles menstruels persistent sur plusieurs cycles ou si elles en ressentent le besoin, nous les invitons à consulter leur médecin.

Conduite à tenir pour les professionnels de santé. Devant tout symptôme de troubles menstruels :

Si la patiente prend un traitement hormonal : vérifier qu'il n'y a pas eu de mauvaise observance ou des vomissements qui pourraient être à l'origine d'une interruption de la prise du traitement ;

Si la patiente ne prend pas de traitement hormonal ou s'il n'y pas eu d'interruption de traitement :

  • vérifier qu'il ne s'agit pas d'une symptomatologie aigue ;
  • vérifier l'absence de grossesse (retard de règles, saignements itératifs) ;
  • garder en tête la possibilité que la patiente développe une maladie gynécologique (syndrome des ovaires polykystiques, hyperprolactinémie...) de manière concomitante à la vaccination. Si les symptômes persistent dans le mois suivant, il est nécessaire de lancer des investigations pour envisager une telle maladie sous-jacente. 

Suivi spécifique des effets indésirables rapportés après une dose de rappel

Au 13 décembre 2021, plus de 13 millions de doses de rappel ont été administrés et 324 cas graves ont été rapportés depuis le début des rappels vaccinaux. Aucun signal spécifique n'a été identifié chez les personnes ayant eu une dose de rappel. Le profil des effets indésirables rapportés est similaire à celui rapporté dans une population comparable vue en début de la campagne de vaccination. Concernant les 47 cas de décès déclarés depuis le début du suivi, ces cas concernaient des personnes âgées, pour la plupart résidents en EHPAD ou en résidence vieillesse et présentant de lourdes comorbidités. Un cas de décès concerne un patient très âgé et fragile, chez qui une réactogenicité a pu aggraver l'état clinique.

Effets indésirables de ce vaccin.

2. Spikevax (Moderna)

Nouveaux signaux sur la période

  • Hépatites auto-immunes : 4 cas d'hépatites auto-immunes ont été déclarés au 11 novembre 2021 depuis le début du suivi. Pour ces 4 cas, ils sont survenus chez 3 femmes et 1 hommes dans un délai moyen de 45 jours. Un cas est survenu après la première injection, et 3 cas sont survenus après la deuxième injection. Ces cas sont d'évolution favorable ou en cours de rétablissement. Cet événement fait l'objet d'un signal potentiel commun aux ARNm.

Nouveaux événements sur la période à surveiller

  • Acouphènes : 123 cas d'acouphènes, dont 27 cas graves, ont été déclarés au 11 novembre 2021 depuis le début du suivi. Ces cas sont survenus chez 80 femmes et 43 hommes avec un délai médian de de 3 jours. L'âge médian des patients est de 46 ans. 75 cas sont survenus après la première injection, et 37 cas sont survenus après la deuxième injection. Pour un cas le rang vaccinal n'est pas renseigné. Ces cas sont résolus ou en cours d'évolution pour 37 cas, non résolus pour 39 cas et d'évolution inconnu pour 47 cas. A ce stade, aucun lien avec la vaccination n'a été établi. Cet événement fera l'objet d'un suivi particulier.

Signaux potentiels ou événements déjà sous surveillance

Troubles menstruels : (voir ci-dessus - idem Comirnaty)

Erythème polymorphe : l'EMA a conclu à l'existence d'un lien entre le vaccin Spikevax et le risque d'érythème polymorphe. La mention de cet effet indésirable figure désormais dans le RCP et la notice de ce vaccin.

Les érythèmes polymorphes se caractérisent par une réaction cutanée provoquant des taches ou des plaques rouges sur la peau, qui peuvent ressembler à une cible ou à une "cocarde" avec un centre rouge foncé entouré d'anneaux rouges plus pâles.

L'ANSM recommande à toute personne présentant des symptômes d'érythème polymorphe de consulter rapidement un médecin.

Suivi spécifique des effets indésirables rapportés après une troisième dose ou dose de rappel

Depuis le début du suivi, 53 cas graves ont été rapportés au 13 décembre 2021 suite à l'injection d'une dose de rappel pour plus de 2 millions de doses administrées.. Les effets indésirables rapportés sont similaires à ceux de la primo-vaccination. Aucun signal spécifique n'a été identifié concernant les doses de rappel. Concernant les 4 cas de décès déclarés depuis le début du suivi, ces cas concernaient des personnes âgées de plus de 65 ans. Au vu des connaissances actuelles sur le vaccin Spikevax et des éléments renseignés sur les cas à ce jour, rien ne permet de conclure que ces décès sont liés au vaccin.

Effets indésirables de ce vaccin.

3. Vaxzevria (AstraZeneca)

Nouveaux signaux sur la période

  • Sarcoïdose : 3 cas ont été déclarés depuis le début de la vaccination. Ces cas sont survenus chez 2 femmes et 1 homme âgé de 45 à 56 ans dans des délais allant de 12 à 76 jours. Ces cas sont survenus après une première injection pour 2 cas et après une deuxième injection pour 1 cas. Un des cas avait reçu le vaccin Vaxzevria en première injection et le vaccin Spikevax en deuxième injection. Deux cas sont non rétablis et un cas est d'évolution favorable avec séquelles. D'autres cas déclarés à l'international ainsi que la littérature font de cet événement un signal potentiel.
  • Maladie de Still : un cas de maladie de Still a été déclaré. Ce cas est survenu chez un homme cinquentenaire 16 jours après la première dose. Ce cas est en cours de rétablissement sous traitement médicamenteux. D'autres cas déclarés à l'international ainsi que la littérature font de cet événement un signal potentiel. 

Effets indésirables de ce vaccin.

4. COVID-19 Vaccine Janssen

Aucun nouveau signal ou événement sur la période.

Effets indésirables de ce vaccin.

5. Bilan des vaccinations effectuées

Plus de 7 036 100 injections ont été réalisées du 26/11/2021 au 09/12/2021.

Au total, plus de 111 222 700 injections ont été réalisées au 09/12/2021, réparties comme ceci selon le vaccin :

  • Comirnaty (BioNTech-Pfizer) : 90 036 800.
  • Spikevax (Moderna) : 12 314 500.
  • Vaxzevria (AstraZeneca) : 7 811 700.
  • COVID-19 Vaccine Janssen : 1 059 600.

Référence