Rougeole en France métropolitaine : une quatrième vague épidémique reste possible en 2012

Publié le 21 fév. 2012 à 22h58

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Depuis le premier janvier 2008, plus de 22.000 cas de rougeole ont été déclarés en France, avec une troisième vague épidémique de grande ampleur comparée aux deux vagues antérieures et un pic atteint en mars 2011. Pour l'année 2011, 14.969 cas ont été notifiés, dont 16 ont présenté une complication neurologique, 714 une pneumopathie grave et 6 sont décédés. La forte décroissance du nombre des cas notifiés entre mai et octobre 2011 signe la fin de cette troisième vague. De novembre 2011 jusqu'à fin janvier 2012, on note une légère ré-ascension du nombre de cas déclarés, sensiblement de même ampleur que celle observée fin 2009-début 2010. Au cours du mois de janvier 2012, 98 cas ont été notifiés, dont deux pneumopathies graves. Une quatrième vague épidémique reste possible dans les semaines à venir, dont l'importance est difficile à prévoir. Il faut donc rester vigilant et veiller à la mise à jour de la vaccination : deux doses du vaccin triple rougeole-rubéole-oreillons sont recommandées pour toutes les personnes nées depuis 1980. Il existe des recommandations particulières qui sont accessibles ici.

Source : Institut de veille sanitaire.