Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Préparation aux flambées de méningite à méningocoque due à Neisseria meningitidis sérogroupe C en Afrique

Publié le 25 nov. 2015 à 17h32

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En 2015, une épidémie, sans précédent, de méningite à Neisseria meningitidis de sérogroupe C est apparue au Niger et au Nigéria avec environ 11000 cas et 800 décès. La disponibilité limitée de vaccins contre les méningocoques du sérogroupe C, en raison de contraintes pesant sur la production a fait obstacle à une maîtrise efficace de cette flambée.

L'Organisation mondiale de la santé a réuni un groupe d'experts qui a conclu à l'existence d'un risque important d'expansion de l'épidémie de Neisseria meningitidis de sérogroupe C en 2016 et dans les années à venir dans l'ensemble de la ceinture de la méningite en Afrique subsaharienne, sur la base de plusieurs éléments :

  • Une expansion infrarégionale rapide. Une flambée de Neisseria meningitidis de sérogroupe C, d'ampleur limitée, avait été détectée initialement en 2013 dans l'État de Sokoto, au Nigéria. En 2015, elle s'est étendue rapidement au Nigéria (2845 cas suspects) et au Niger (8502 cas suspects), entraînant la plus grande épidémie mondiale jamais rapportée de Neisseria meningitidis de sérogroupe C (1181 cas confirmés au Niger et au Nigéria). Des cas de Neisseria meningitidis de sérogroupe C (n = 15) ont aussi été signalés au Bénin, auBurkina Faso, au Mali et en Côte d'Ivoire.
  • Une nouvelle souche virulente. La vague de méningite à Neisseria meningitidis de sérogroupe C est causée par un clone unique (séquence type ST10217 multilocus, complexe clonal non attribué), génétiquement distant de toutes les autres souches connues.
  • Une immunité insuffisante à l'égard de Neisseria meningitidis de sérogroupe C. Comme les dernières épidémies à sérogroupe ont été observées dans la ceinture de la méningite à la fin des années 1970 et que très peu de campagnes de vaccination avec un vaccin dirigé entre autres contre ce sérogroupe ont été menées au cours des dernières années, on s'attend à une faible immunité des populations dans l'ensemble de la ceinture.

Si tous les pays de la ceinture de la méningite sont à risque et devraient donc renforcer leur préparation pour 2016, le risque est jugé plus important pour des zones et des pays particuliers certaines zones du Niger et du Nigéria touchées en 2015 et abritant des populations qui ne sont que partiellement vaccinées ou des zones nouvellement touchées à la fin de la saison épidémique 2015; et 2) des pays voisins du Niger et du Nigéria, en particulier ceux où la bactérie a été détectée en 2015.

L'OMS émet les recommandations suivantes :

  • Renforcer la surveillance : Les composantes épidémiologique et de laboratoire de la surveillance devront être renforcées dans tous les pays de la ceinture de la méningite pour pouvoir détecter et confirmer rapidement les flambées de méningocoque.
  • Le traitement pendant les épidémies : Un traitement sur 5 jours par un antibiotique, la ceftriaxone, a été mis en œuvre avec succès au Niger. Le groupe a préconisé de maintenir la politique de traitement sur 5 jours aussi longtemps que possible pendant les épidémies, avec une prise en charge des cas dans les centres de santé et une orientation vers les hôpitaux des cas sévères.
  • La chimioprophylaxie n'est actuellement pas recommandée.
  • La vaccination : Plusieurs formulations vaccinales différentes contre le sérogroupe C sont potentiellement disponibles, dont certaines contiennent de simples polyosides (AC, ACW, ACWY) et d'autres sont des vaccins protéiniques conjugués (ACWY, C). Le groupe d'experts considéré que toutes ces formulations pouvaient être utilisées pour répondre à une épidémie confirmée de Neisseria meningitidis de sérogroupe C. Pour les réponses aux flambées, il convient de sélectionner les tranches d'âge recommandées (2-29 ans).

Source : Organisation mondiale de la santé, Relevé épidémiologique hebdomadaire n°47 du 20 novembre 2015.


Maladies : Méningocoque C Méningocoques A-C Méningocoques ACWY

Vaccins : MENINGITEC MENJUGATE 10 µg MENJUGATEKIT 10 µg MENVEO NEISVAC NIMENRIX VACCIN MENINGOCOCCIQUE A+C

Référence principale :