Autorisé par l'Agence européenne des médicaments (EMA) le 1er juillet 2020.

Description

Vaccin vivant recombinant contre Ebola (priming) - Autre dénomination : Vaccin Ebola Ad26.ZEBOV.

Classe

Vivant
- Vecteur viral vivant non réplicatif

Forme et présentation

Zabdeno suspension injectable. Vaccin contre Ebola (Ad26.ZEBOV-GP [recombinant]).

Suspension incolore à légèrement jaune, limpide à très opalescente.

20 flacons monodoses.

Composition

1. Antigène

Une dose (0,5 mL) contient :

  • Adénovirus type 26 codant la glycoprotéine (GP) du variant Mayinga* de l’Ebolavirus Zaïre (EBOV), non inférieur à 8,75 log10 unités infectieuses (U.Inf.)

* Produit sur des cellules PER.C6 et par la technologie de l’ADN recombinant.

Ce produit contient des organismes génétiquement modifiés (OGM).

2. Autres composants

  • Edétate disodique
  • Éthanol
  • Chlorhydrate d’histidine monohydraté
  • Polysorbate 80
  • Chlorure de sodium
  • Saccharose
  • Eau pour préparations injectables
  • Hydroxyde de sodium (pour l’ajustement du pH)

Indications

Zabdeno, dans le cadre du schéma de vaccination par Zabdeno, Mvabea, est indiqué pour l’immunisation active pour la prévention de la maladie causée par le virus Ebola (espèce Ebolavirus Zaïre) à partir de l'âge d'un an (voir les rubriques « Mises en garde et précautions d'emploi » et « Pharmacodynamie »).

L’utilisation du vaccin doit être conforme aux recommandations officielles.

Posologie

Zabdeno doit être administré par un professionnel de santé formé.

Zabdeno est le premier vaccin du schéma de vaccination prophylactique hétérologue en 2 doses contre Ebola, qui comprend une vaccination par Zabdeno suivie d’une seconde vaccination par Mvabea, administrée environ 8 semaines plus tard (voir les rubriques « Mises en garde et précautions d'emploi » et « Pharmacodynamie ») (consulter le RCP de Mvabea).

Primovaccination

Une dose (0,5 mL) du vaccin Zabdeno (flacon avec capuchon rouge) doit être administrée en tant que première vaccination.

Une dose (0,5 mL) du vaccin Mvabea (flacon avec capuchon jaune) doit être administrée en tant que seconde vaccination, environ 8 semaines après la première vaccination par Zabdeno (consulter le RCP de Mvabea).

Vaccination de rappel par Zabdeno (personnes ayant déjà reçu le schéma de primovaccination en 2 doses Zabdeno, Mvabea)

Les personnes qui ont terminé le schéma de primovaccination en 2 doses peuvent recevoir une dose de rappel par Zabdeno. Par mesure de précaution, une vaccination de rappel par Zabdeno est recommandée chez les personnes présentant un risque imminent d’exposition au virus Ebola et ayant terminé le schéma de primovaccination en 2 doses depuis plus de 4 mois (voir les rubriques « Mises en garde et précautions d'emploi » et « Pharmacodynamie »).

Mesures correctives en cas d’administration par inadvertance

Si Mvabea est administré par inadvertance comme première vaccination, l’administration de Zabdeno est recommandée comme seconde vaccination environ 8 semaines plus tard.

Si Zabdeno est administré par inadvertance comme première et seconde vaccination, une immunisation supplémentaire par Mvabea est recommandée environ 8 semaines après la seconde vaccination par Zabdeno.

Si Mvabea est administré par inadvertance comme première et seconde vaccination, une immunisation supplémentaire par Zabdeno est recommandée environ 8 semaines après la seconde vaccination par Mvabea.

Si la seconde vaccination (Mvabea) du schéma a été retardée au-delà des 8 semaines recommandées après la première vaccination (Zabdeno) du schéma, le vaccin Mvabea doit être administré, quel que soit le temps écoulé depuis la première vaccination par Zabdeno (voir les rubriques « Mises en garde et précautions d'emploi » et « Pharmacodynamie »).

Population pédiatrique

La posologie chez les enfants âgés de 1 à < 18 ans est la même que chez les adultes.

Aucune donnée n’est disponible concernant la sécurité d’emploi et l’efficacité du schéma de primovaccination en 2 doses et de la vaccination de rappel chez les enfants âgés de < 1 an.

Population âgée

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les personnes âgées de ≥ 65 ans.

Personnes infectées par le VIH

Aucun ajustement posologique n’est requis chez les personnes infectées par le VIH dont l’infection est contrôlée par un traitement antirétroviral (voir la rubrique « Pharmacodynamie »).

Mode d'administration

Zabdeno doit être administré par voie intramusculaire (IM). Le site privilégié est le muscle deltoïde de la partie supérieure du bras. Chez les enfants plus jeunes, la région deltoïde du bras ou la face antérolatérale de la cuisse sont des sites possibles pour l’injection intramusculaire.

Ne pas administrer ce vaccin par voie intraveineuse ou sous-cutanée.

Le vaccin ne doit pas être mélangé à d’autres vaccins ou médicaments dans la même seringue.

Pour les précautions à prendre avant l’administration du vaccin, voir la rubrique « Mises en garde et précautions d'emploi ».

Pour les précautions relatives à la décongélation, la manipulation et l’élimination du vaccin, voir la rubrique « Manipulation ».

Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique « Composition ».

Mises en garde et précautions d'emploi

Traçabilité

Afin d’améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom et le numéro du lot du produit administré doivent être clairement enregistrés.

Hypersensibilité

Il est recommandé de surveiller de près l’apparition de signes précoces d’anaphylaxie ou de réactions anaphylactoïdes après la vaccination. Comme pour tous les vaccins injectables, un traitement et une surveillance médicale appropriés doivent toujours être disponibles immédiatement en cas de réactions anaphylactiques rares à la suite de l’administration du vaccin. Les personnes doivent être surveillées par un professionnel de santé pendant au moins 15 minutes après la vaccination.

Réactions liées à l’anxiété

Des réactions liées à l’anxiété, y compris des réactions vasovagales (syncope), une hyperventilation ou des réactions liées au stress peuvent survenir en association avec la vaccination, telle qu’une réponse psychogène à une injection par aiguille. Il est important que des précautions soient prises afin d’éviter toute blessure résultant d’un évanouissement.

Thrombocytopénie et troubles de la coagulation

Le vaccin doit être administré avec prudence chez les personnes présentant une thrombocytopénie ou tout autre trouble de la coagulation car un saignement ou une ecchymose peut survenir après une injection intramusculaire chez ces personnes.

Maladie concomitante

La vaccination doit être reportée chez les personnes atteintes d’une maladie fébrile aiguë sévère ou d’une infection aiguë, sauf si le bénéfice d’une vaccination immédiate l’emporte sur les risques potentiels. La présence d’une infection mineure et/ou d’une fièvre peu élevée ne doit pas retarder la vaccination.

Personnes immunodéprimées

La sécurité d’emploi et l’immunogénicité du schéma de vaccination par Zabdeno, Mvabea n’ont pas été évaluées chez les personnes immunodéprimées, notamment celles recevant un traitement immunosuppresseur. Les personnes immunodéprimées peuvent ne pas répondre aussi bien que les personnes immunocompétentes au schéma de vaccination par Zabdeno, Mvabea.

Niveau de protection

Le niveau exact de la protection conférée par le schéma de vaccination est inconnu.

En l’absence de données d’efficacité sur le terrain, l’effet protecteur du schéma de vaccination chez l’homme a été déduit par le rapprochement des données d’immunogénicité chez l’homme et des données d’immunogénicité et d’efficacité obtenues chez des primates non humains (« immunobridging », voir la rubrique « Pharmacodynamie »).

Si un seul des vaccins, Zabdeno ou Mvabea, est reçu, l’efficacité devrait être réduite par rapport au schéma de vaccination en 2 doses.

Le schéma de vaccination pourrait ne pas protéger toutes les personnes contre la maladie à virus Ebola (espèce Ebolavirus Zaïre), et ne remplace pas les précautions à prendre pour éviter une exposition au virus Ebola. Les personnes vaccinées doivent respecter les directives et recommandations locales de prévention ou de traitement d’une exposition au virus Ebola.

Le schéma de vaccination par Zabdeno, Mvabea ne doit pas être utilisé pour une prophylaxie post- exposition contre le virus Ebola.

Durée de protection

La durée de protection est inconnue. Il a été démontré qu’une dose de rappel par Zabdeno administrée à différents intervalles après la fin de la primo-vaccination par Zabdeno et Mvabea provoque une réponse anamnestique (voir la rubrique « Pharmacodynamie »). Par mesure de précaution, une vaccination de rappel par Zabdeno doit être envisagée chez les personnes à risque imminent d’exposition au virus Ebola, par exemple les professionnels de santé et les personnes qui vivent ou se rendent dans des zones d’épidémie de maladie à virus Ebola en cours, qui ont terminé le schéma de primovacination en 2 doses depuis plus de 4 mois (voir les rubriques « Posilogie » et « Pharmacodynamie »).

Protection contre la maladie à filovirus

Le schéma de vaccination n’est pas destiné à prévenir les infections causées par d’autres filovirus que l’espèce Ebolavirus Zaïre.

Sodium

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c'est-à-dire qu’il est essentiellement « sans sodium ».

Interactions

La sécurité d’emploi, l’immunogénicité et l’efficacité de la co-administration de Zabdeno avec d’autres vaccins n’ont pas été évaluées ; par conséquent, la co-administration n’est pas recommandée.

Si Zabdeno doit être administré en même temps qu’un ou plusieurs autres vaccins injectables, le ou les vaccins doivent alors toujours être administrés dans des sites d’injection différents. Ne pas mélanger Zabdeno avec un autre vaccin dans la même seringue ou flacon.

Grossesse

Il n’y a pas de données sur l’utilisation de Zabdeno chez la femme enceinte.

Les études de toxicité de la reproduction effectuées chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effets délétères directs ou indirects. Les schémas de vaccination par Zabdeno et Mvabea ont induit des titres d’anticorps maternels spécifiques à la GP du virus Ebola (EBOV) détectables qui ont été transmis au fœtus (voir la rubrique « Pharmacodynamie »).

Par mesure de précaution, il est préférable d’éviter la vaccination par Zabdeno pendant la grossesse. Cependant, compte tenu de la gravité de la maladie à virus Ebola, le schéma de vaccination ne doit pas être suspendu lorsqu’il existe un risque évident d’exposition à l’infection par le virus Ebola.

Allaitement

On ne sait pas si Zabdeno est excrété dans le lait maternel.

Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons allaités par les mères vaccinées ne peut être exclu.

Par mesure de précaution, il est préférable d’éviter la vaccination par Zabdeno pendant l’allaitement. Cependant, compte tenu de la gravité de la maladie à virus Ebola, le schéma de vaccination ne doit pas être suspendue lorsqu’il existe un risque évident d’exposition à l’infection par le virus Ebola.

Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables locaux les plus fréquemment rapportés chez les adultes ayant reçu Zabdeno étaient la douleur (47 %), une sensation de chaleur (24 %) et un gonflement (11 %) au site d’injection. Les effets indésirables systémiques les plus fréquents étaient la fatigue (46 %), des céphalées (45 %), une myalgie (36 %), une arthralgie (24 %) et des frissons (23 %). La plupart des effets indésirables sont survenus dans les 7 jours suivant la vaccination et étaient de sévérité légère à modérée et de courte durée (2 à 3 jours).

L’effet indésirable local le plus fréquemment rapporté chez les enfants âgés de 1 à 17 ans ayant reçu Zabdeno était la douleur (24 %) au site d’injection. Les effets indésirables systémiques les plus fréquents étaient la fatigue (19 %), la diminution de l’activité (16 %), la diminution de l’appétit (14 %) et l’irritabilité (14 %). La plupart des effets indésirables sont survenus dans les 7 jours suivant la vaccination. La plupart des effets étaient de sévérité légère à modérée et de courte durée (1 à 4 jours).

De la fièvre a été rapportée plus fréquemment chez les enfants plus jeunes âgés de 1 à 3 ans (11 %) et de 4 à 11 ans (12 %) comparé aux adolescents âgés de 12 à 17 ans (4 %) et aux adultes (7 %). La fréquence de la fièvre chez les enfants plus jeunes était similaire à celle observée dans le groupe témoin actif recevant un vaccin pédiatrique autorisé.

Le profil de sécurité d’emploi de Zabdeno chez les enfants âgés de 1 à 17 ans était globalement similaire à celui observé chez les adultes.

Tableau récapitulatif des effets indésirables

Les effets indésirables observés au cours des études cliniques sont indiqués ci-dessous en fonction des catégories de fréquence suivantes :

  • très fréquent (≥ 1/10) ;
  • fréquent (≥ 1/100 à < 1/10) ;
  • peu fréquent (≥ 1/1 000 à < 1/100) ; 
  • rare (≥ 1/10 000 à < 1/1 000).

Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Effets indésirables rapportés dans les essais cliniques chez les adultes après la vaccination par Zabdeno

Affections du système nerveux

  • Très fréquent : céphalée
  • Peu fréquent : sensation vertigineuse posturale

Affections gastro-intestinales

  • Fréquent : vomissements

Affections musculo-squelettiques et systémiques

  • Très fréquent : arthralgie, myalgie

Affections de la peau et du tissu sous- cutané

  • Fréquent : prurit

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Très fréquent : frissons, fatigue, douleur au site d’injection, gonflement au site d’injection, sensation de chaleur au site d’injection
  • Fréquent : fièvre, prurit au site d’injection
  • Peu fréquent : induration au site d’injection, érythème au site d’injection

Aucun nouvel effet indésirable n’a été rapporté chez les adultes après avoir reçu la vaccination de rappel par Zabdeno.

Effets indésirables rapportés dans les essais cliniques chez les enfants âgés de 1 à 17 ans après la vaccination par Zabdeno

Troubles du métabolisme et de la nutrition

  • Très fréquent : perte d’appétit

Affections psychiatriques

  • Très fréquent : irritabilité

Affections gastro-intestinales

  • Fréquent : vomissements, nausées

Affections musculo-squelettiques et systémiques

  • Fréquent : arthralgie, myalgie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

  • Très fréquent : fatigue, diminution de l’activité, douleur au site d’injection
  • Fréquent : fièvre, prurit au site d’injection, gonflement au site d’injection, érythème au site d’injection

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système de déclaration.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n’a été rapporté.

Fertilité

Aucune donnée sur la fertilité n’est disponible chez l’homme. Une étude de toxicité de la reproduction chez l’animal avec les schémas de vaccination par Zabdeno et Mvabea n’a révélé aucun signe d’altération de la fertilité des animaux femelles. Des études générales de toxicité n’ont révélé aucun effet sur les organes sexuels mâles susceptible d’altérer la fertilité des mâles (voir la rubrique « Pharmacodynamie »).

Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Zabdeno n’a aucun effet connu sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Pharmacodynamie

Classe pharmacothérapeutique : vaccin, autres vaccins viraux

Code ATC : J07BX02.

Mécanisme d’action

Zabdeno est un vaccin monovalent composé d’un seul vaccin utilisant comme vecteur l’adénovirus humain type 26 recombinant, inapte à la réplication, qui code la GP du variant Mayinga de l’Ebolavirus Zaïre (EBOV). La GP d’EBOV codée par Zabdeno présente une homologie de 100 % avec celle codée par Mvabea. Après l’administration, la GP d’EBOV est exprimée localement et induit une réponse immunitaire.

Efficacité

En l’absence de données d’efficacité issues d’études cliniques, l’efficacité du schéma de primovaccination en 2 doses a été évaluée via des études d’infection expérimentale chez des primates non humains (PNH, macaques cynomolgus, Macaca fascicularis), le modèle animal le plus pertinent pour la maladie EBOV. Le schéma de primovaccination en 2 doses administrées à 8 semaines d’intervalle avait un effet protecteur dès la première dose de 2 x 109 PV de Zabdeno, en association avec 1 x 108 U.Inf. de Mvabea, dans un modèle d'infection létale chez le PNH, par administration intramusculaire d'une dose létale de la souche Kikwit Ebov. Les réponses immunitaires humorales, telles que mesurées par le taux d’anticorps de liaison à la GP d’EBOV, étaient fortement corrélées à la survie chez les PNH. La comparaison des concentrations en anticorps de liaison à la GP d’EBOV (« immunobridging ») a permis de prédire un effet protecteur chez l’Homme.

Immunogénicité clinique

En l’absence de données d’efficacité provenant d’études cliniques, l’effet protecteur du vaccin a été établi à partir des données d’immunogénicité. Les données issues de 5 études cliniques menées en Europe, aux États-Unis, et en Afrique chez 764 adultes âgés de 18 à 50 ans, qui avaient reçu le schéma de primovaccination en 2 doses à 8 semaines d’intervalle, ont été utilisées dans cette analyse. Les anticorps de liaison anti-GP d’EBOV ont été corrélés à un effet protecteur contre une infection létale par le virus Ebola de progression rapide chez les primates non humains. Les réponses immunitaires humaines mesurées 21 jours après la dose 2 ont été associées à une augmentation de la probabilité de survie prédite de 0 % (c.-à-d. létale) à 53,4 % (IC à 98,68 % : 33,8 % ; 70,9 %) en utilisant le modèle animal. D’après cette analyse, un effet protecteur du schéma de vaccination par Zabdeno, Mvabea contre la maladie à EBOV est prévisible chez l’homme. Bien que le lien entre le titre d’anticorps et la survie ait été étudié uniquement chez le PNH adulte, l’« immunobridging » réalisé sur des sujets pédiatriques, des sujets âgés et des sujets infectés par le VIH suggère que les effets protecteurs potentiels chez ces populations correspondent à ceux estimés chez les adultes.

Immunogénicité

Les données d’immunogénicité sont présentées pour un total de 842 adultes et 509 enfants (âgés de 1 à 17 ans) ayant reçu le schéma de primovaccination en 2 doses dans le cadre d’études cliniques de phase II et III : étude EBL2001 au Royaume-Uni et en France, études EBL3002 et EBL3003 aux États-Unis, étude EBL2002 en Ouganda, au Kenya, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, et étude EBL3001 au Sierra Leone. Les concentrations en anticorps de liaison spécifiques à la GP d’EBOV ont été mesurées environ 3 semaines après la fin du schéma de primovaccination en 2 doses. Elles sont présentées sous forme de moyennes géométriques des concentrations (MGC).

Données d’immunogénicité chez les adultes après le schéma de primovaccination en 2 doses

La réponse immunitaire au schéma de primovaccination en 2 doses administrées à 8 semaines d’intervalle, a été évaluée dans 5 études de phase II et III menées en Europe, en Afrique et aux États- Unis (voir Tableau 3). Dans toutes les études, 98 % à 100 % des participants de l’étude ont développé une réponse en anticorps de liaison à la GP d’EBOV, définie comme une augmentation de plus de 2,5 fois la concentration en anticorps de liaison par rapport à la valeur de base.

Tableau 3 : Réponses en anticorps de liaison spécifiques à la GP d’EBOV au schéma de vaccination en 2 doses (à 8 semaines d’intervalle) par Zabdeno, Mvabea chez les adultes : MGC UE/mL (IC à 95 %)

Données présentées pour les participants vaccinés ayant reçu le schéma de vaccination en 2 doses dans la population d’analyse Per Protocole.

UE = Unités ELISA
IC = Intervalle de Confiance
N = Nombre de participants avec des données
LIDQ = Limite inférieure de quantification

Au cours de ces études, l’intervalle entre les doses était de 8 semaines +/-3 jours. Bien que l’immunogénicité des schémas vaccinaux avec un intervalle plus long entre les doses, allant jusqu’à 69 semaines (483 jours), ait été similaire, les schémas vaccinaux avec un intervalle de 4 semaines étaient moins immunogènes.

Après le schéma de primovaccination en 2 doses à 8 semaines d’intervalle, des MGC (IC à 95 %) de 5 283 UE/mL (4 094 ; 6 817) ont été observées chez les adultes infectés par le VIH sous traitement antirétroviral, avec des lymphocytes CD4+ > 350 cellules/microlitre, sans aucun signe d’immunosuppression (N = 59).

Données d’immunogénicité chez les enfants après le schéma de primovaccination en 2 doses

La réponse immunitaire au schéma de primovaccination en 2 doses administrées à 8 semaines d’intervalle, a été évaluée chez les enfants (âgés de 1 à 17 ans) dans deux études menées en Afrique (voir Tableau 4). Dans les deux études, 98 % à 100 % des participants de l’étude ont développé une réponse en anticorps de liaison à la GP d’EBOV. Les réponses immunitaires chez les enfants étaient supérieures à celles observées chez les adultes dans les mêmes études.

Tableau 4 : Réponses en anticorps de liaison spécifiques à la GP d’EBOV au schéma de vaccination en 2 doses (à 8 semaines d’intervalle) par Zabdeno, Mvabea chez les enfants âgés de 1 à 17 ans : MGC UE/mL (IC à 95 %)

Données présentées pour les participants vaccinés ayant reçu le schéma de vaccination en 2 doses dans la population d’analyse Per Protocole.

UE = Unités ELISA
IC = Intervalle de Confiance
N = Nombre de participants avec des données
LIDQ = Limite inférieure de quantification

Données d’immunogénicité chez les adultes après la vaccination de rappel par Zabdeno

La réponse immunitaire à une vaccination de rappel par Zabdeno administrée 1 ou 2 ans après le schéma de primovaccination a été évaluée dans 2 études cliniques (voir Tableau 5). La vaccination de rappel a provoqué l’activation rapide d’une réponse anamnestique, avec, dans les 7 jours, une augmentation des concentrations en anticorps par un facteur de 40 à 56. L’amplitude de la réponse en termes d’augmentation et de MGC post-rappel était similaire, quel que soit le délai depuis la primovaccination (1 ou 2 ans).

Tableau 5 : Réponses en anticorps de liaison spécifiques à la GP d’EBOV à la vaccination de rappel par Zabdeno chez les adultes : MGC UE/mL (IC à 95%)

a : Vaccination de rappel administrée 1 an après la primovaccination
b : Vaccination de rappel administrée 2 ans après la primovaccination.

Données présentées pour les participants vaccinés ayant reçu la vaccination de rappel dans la population d’analyse Per Protocole.

UE = Unités ELISA
IC = Intervalle de Confiance
N = Nombre de participants avec des données.

Persistance à long terme des anticorps chez les adultes

Trois semaines après l’administration du schéma de primovaccination en 2 doses, la réponse immunitaire (MGC) atteint un pic (« A » dans la figure 1 ci-dessous). Une fois le pic atteint, la réponse diminue sur 6 mois puis reste stable au moins 1 an après la dose 1 (Tableau 3). D’après les données obtenues chez 43 adultes dans l’étude EBL3001, la réponse reste également stable deux ans après la dose 1 (dernier point temporel disponible) (« B » dans la figure 1 ci-dessous). Après l’administration d’une dose de rappel de Zabdeno, une réponse anamnestique rapide est observée dans les 7 jours. Les concentrations en anticorps de liaison les plus élevées sont observées 21 jours après la dose de rappel (« C » dans la figure 1 ci-dessous), suivies par une baisse des concentrations en anticorps. Un an après la dose de rappel, les MGC étaient supérieures à leur niveau avant l’administration de la dose de rappel (« D » dans la figure 1 ci-dessous).

Figure 1 : Réponses en anticorps de liaison spécifiques à la GP d’EBOV après le schéma de vaccination en 2 doses par Zabdeno, Mvabea et la vaccination de rappel par Zabdeno 2 ans après le schéma de primovaccination chez les adultes dans l’étude EBL3001a ; MGC (IC à 95 %)

a L'analyse est basée sur la population d'analyse Per Protocole
Les barres d’erreurs représentent la Moyenne Géométrique des Concentrations et son intervalle de confiance à 95 %.

L’Agence européenne des médicaments a différé l’obligation de soumettre les résultats des études réalisées avec Zabdeno en prévention de la maladie à virus Ebola dans un ou plusieurs sous-groupes de la population pédiatrique (voir la rubrique « Posologie » pour les informations concernant l’usage pédiatrique).

Une autorisation de mise sur le marché « sous circonstances exceptionnelles » a été délivrée pour ce vaccin. Cela signifie que pour des raisons scientifiques il n’a pas été possible d’obtenir des informations complètes sur ce vaccin. L’Agence européenne du médicament réévaluera chaque année toute nouvelle information qui pourrait être disponible et, si nécessaire, ce RCP sera mis à jour.

Propriétés pharmacocinétiques

Sans objet.

Données de sécurité préclinique

Les données non cliniques obtenues n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme, d’après les résultats des études de toxicologie conduites en administrations répétées, des études de tolérance locale, et d’une étude de la toxicité de la reproduction, réalisée chez le lapin.

Études de toxicité (en administrations répétées) incluant la tolérance locale

Différents schémas de vaccination par Zabdeno et Mvabea ont été bien tolérés chez le lapin, recevant la dose humaine de vaccin par voie intramusculaire. Les effets liés au vaccin (se traduisant par des modifications de nature inflammatoire au site d’injection, des augmentations des taux de fibrinogène, de protéine C réactive et de globuline ainsi que par des observations microscopiques d’augmentations de la cellularité lymphoïde et/ou des centres germinatifs dans les ganglions lymphatiques drainants et la rate) se sont résolus 2 semaines après la dernière vaccination, et reflètent une réponse physiologique normale associée à la vaccination. Aucun des effets notés n’a été considéré comme délétère.

Toxicité sur la fertilité/reproduction et le développement

Des études de biodistribution menées chez le lapin n’ont pas montré une distribution du vecteur Ad26 dans les gonades des animaux (testicules, ovaires) après injection par voie intramusculaire.

Les études de toxicité en administrations répétées, conduites avec différents schémas de vaccination par Zabdeno et Mvabea, n’ont pas révélé d’effet sur les organes sexuels mâles, qui serait susceptible d’altérer la fertilité masculine. En outre, les études de toxicité de la reproduction n’ont pas révélé de signe d’altération de la fertilité féminine.

Dans une étude de toxicité de la reproduction, les schémas de vaccination par Zabdeno et Mvabea n’ont pas induit de toxicité maternelle ou de toxicité du développement des nouveaux-nés, à la suite de la vaccination des femelles avant accouplement et pendant la période de gestation. Dans cette étude, les schémas de vaccination ont induit des titres d’anticorps maternels spécifiques à la GP d’EBOV, qui ont été transmis au fœtus.

Conservation

4 ans entre - 85 °C et - 55 °C

Précautions particulières de conservation

À transporter congelé entre - 25 °C et - 15 °C. À réception, le produit peut être conservé comme indiqué ci-dessous :

À conserver au congélateur entre - 85 °C et - 55 °C chez le distributeur en cas de constitution de stocks. La date de péremption en cas de conservation entre - 85 °C et - 55 °C est imprimée sur le flacon ainsi que sur l’emballage extérieur après EXP.

Le vaccin peut aussi être conservé par le distributeur ou l’utilisateur final au congélateur entre - 25 °C et - 15 °C pendant une seule période allant jusqu’à 20 mois. Lors du retrait du congélateur entre - 85 °C et - 55 °C, la nouvelle date de péremption doit être inscrite par le distributeur ou l’utilisateur final sur l’emballage extérieur et le vaccin doit être utilisé ou éliminé à la fin des 20 mois. Cette nouvelle date de péremption ne doit pas dépasser la date de péremption initiale (EXP). La date de péremption initiale doit être rendue illisible.

Le vaccin peut également être conservé par le distributeur ou l’utilisateur final au réfrigérateur entre 2 °C et 8 °C pendant une seule période allant jusqu’à 8 mois. Lorsque le produit est placé dans une zone de conservation entre 2 °C et 8 °C, la date d’élimination doit être inscrite par le distributeur ou l’utilisateur final sur l’emballage extérieur et le vaccin doit être utilisé ou éliminé à la fin de la période de 8 mois. Cette date d’élimination ne doit pas dépasser la date de péremption initiale (EXP), ou la nouvelle date de péremption correspondant à la condition de conservation entre - 25 °C et - 15 °C. La date de péremption initiale et/ou la nouvelle date de péremption correspondant à la condition de conservation entre - 25 °C et - 15 °C doivent être rendues illisibles.

Une fois décongelé, le vaccin ne peut pas être recongelé.

Le flacon doit être conservé dans l’emballage d’origine pour protéger de la lumière et suivre la date de péremption ou d’élimination dans les différentes conditions de conservation.

Nature et contenu de l’emballage extérieur

0,5 mL de suspension dans un flacon monodose en verre de type I avec un bouchon en caoutchouc (chlorobutyl avec surface enduite de fluoropolymère), sertissage en aluminium et capuchon en plastique rouge.

Conditionnement de 20 flacons monodoses.

Manipulation

Zabdeno est une suspension incolore à légèrement jaune, limpide à très opalescente. Le vaccin doit être inspecté visuellement pour vérifier l’absence de particule et de décoloration avant l’administration. Le flacon doit être inspecté visuellement afin de détecter la présence éventuelle de fissures ou d’anomalies, telles que des preuves de falsification avant l’administration. En cas de tels signes, ne pas administrer le vaccin.

Une fois que le vaccin a été retiré du congélateur et décongelé, il doit être utilisé immédiatement ou conservé au réfrigérateur entre 2 °C et 8 °C (voir la rubrique « Conservation »). Une fois retiré du réfrigérateur pour l’administration, il doit être utilisé immédiatement.

Mélanger délicatement le contenu du flacon en le tournant pendant 10 secondes. Ne pas secouer. Utiliser une aiguille et une seringue stériles pour extraire la totalité du contenu du flacon pour l’administration.

Utiliser une aiguille et une seringue stériles distinctes pour chaque personne. Il n’est pas nécessaire de changer d’aiguilles entre le prélèvement du vaccin dans le flacon et son injection, sauf si l’aiguille a été endommagée ou contaminée. Tout contenu restant dans le flacon doit être jeté.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur. Si le produit est renversé, il faut désinfecter à l’aide d’agents présentant une activité virucide contre l’adénovirus.

Tenir hors de la vue et de la portée des enfants.

Autres informations

Une autorisation de mise sur le marché « sous circonstances exceptionnelles » a été délivrée pour ce vaccin. Cela signifie que pour des raisons scientifiques il n’a pas été possible d’obtenir des informations complètes sur ce vaccin. L’Agence européenne du médicament réévaluera chaque année toute nouvelle information sur ce vaccin, et, si nécessaire, cette notice sera mise à jour.

Numéro d'autorisation de mise sur le marché : EU/1/20/1444/001

Titulaire de l'autorisation de mise sur le marché :

Janssen-Cilag International NV Turnhoutseweg 30
B-2340 Beerse
Belgique

Composants non antigéniques

Résumé à l'intention du public

https://www.ema.europa.eu/en/documents/overview/zabdeno-epar-medicine-overview_fr.pdf