Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Le point sur l'épidémie de méningite au Nigéria Médecine des voyages

Publié le 29 avr. 2019 à 09h21

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Au Nigéria, sur les 36 États du pays, 25 et le territoire de la capitale fédérale (FCT) font partie de la ceinture africaine de Lapeyssonnie de la méningite.

Les États de la ceinture de la méningite ont été officiellement mis en alerte le 8 novembre 2018, car pendant la saison sèche (de novembre à mai), des températures élevées et un faible taux d'humidité augmentent le risque de transmission du micro-organisme causant la méningite cérébro-spinale au Nigéria. 

Le 19 avril 2019, le Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC) a indiqué dans un rapport de situation récent que 760 cas suspects de méningite cérébro-spinale avaient été notifiés dans 15 États depuis le 1er octobre 2018. 

Quatre-vingt-dix des cas ont été confirmés par la culture. Cinquante huit décès (létalité :7,6 %) ont été enregistrés parmi tous les cas suspects.

Neisseria meningitidis du sérogroupe C (NmC) représente 28,9 % (26 cas) des cas positifs.

Rappels sur la méningite

La bactérie Neisseria meningitidis sérogroupe A a été la principale cause de la méningococcie épidémique dans cette région, cependant, depuis l'introduction du vaccin conjugué contre le méningocoque A dans les pays de la ceinture africaine de la méningite, à partir de 2010, l'Organisation mondiale de la santé a constaté une diminution du nombre de cas de méningite.

Des épidémies de méningite saisonnières sont fréquentes dans les pays de « la ceinture de la méningite de Lapeyssonnie » en Afrique sub-saharienne pendant la saison sèche de décembre à juin. Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies. Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les A, C et W.

La méningite est transmise par contact direct (par gouttelettes respiratoires). En cas de symptômes (fièvre élevée, maux de tête, raideur de la nuque) il faut consulter immédiatement un médecin pour débuter un traitement antibiotique car l'évolution peut être foudroyante et devenir fatale en quelques heures.

En Afrique des campagnes de vaccinations se font au niveau des pays avec un vaccin monovalent A conjugué (vaccin MenAfriVac), développé dans le cadre du Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH (une des plus grandes organisations à but non lucratif de la santé mondiale aujourd'hui) et l'Organisation mondiale de la santé. Ce vaccin est strictement réservé aux populations locales

Pour le voyageur ou le migrant qui prévoit un séjour en zone de transmission deux vaccins quadrivalents conjugués A, C, Y, W (Nimenrix® et Menveo®) sont disponibles pour les adultes et les enfants se rendant dans une zone d'endémie, notamment la « ceinture de la méningite » en Afrique subsaharienne : zones de savane et Sahel, d'ouest en est, du Sénégal à l'Éthiopie, au moment de la saison sèche, favorable à la transmission du méningocoque (habituellement hiver et printemps) ou dans toute autre zone où sévit une épidémie, dans des conditions de contact étroit et prolongé avec la population locale.

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.net ou Medecinedesvoyages.net.

WSource : Outbreak News Today.


Maladie : Méningocoques ACWY

Vaccins : MENJUGATE 10 µg MENVEO NEISVAC NIMENRIX VACCIN MENINGOCOCCIQUE A+C

Référence principale :