Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La vaccination contre la grippe réduit le risque d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral

Publié le 2 nov. 2012 à 22h22

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Commission des maladies infectieuses et des maladies émergentes (Haut Conseil de la santé publique, 2017- en cours)
Comité technique de vaccinations (Haut Conseil de la santé publique, 2007-2017)
Groupe vaccins (ANSM, 2016-en cours)
- Liens avec l'industrie :
DPI consultable sur le site HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/Personne?clef=2329 Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

Contexte

De nombreuses études épidémiologiques ont montré que le risque de décès par infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral (AVC) augmentait de 10 à 15 % au cours des mois d'hiver. Or la grippe, qui circule au cours de cette saison, est un facteur majeur d'augmentation du risque de décès par affection vasculaire.

Plusieurs études ont évalué le bénéfice de la vaccination contre la grippe vis-à-vis des patients à haut risque d'atteinte vasculaire cérébrale et d'infarctus du myocarde.

Intérêt de la vaccination contre la grippe chez les patients à haut risque d'atteintes vasculaires et cardiaques

Diminution du risque d'accident vasculaire cérébral

Les données de la revue de la littérature montrent que la vaccination contre la grippe est associée à une réduction d'hospitalisation pour AVC de 16 à 23 % suivant les saisons grippales chez les sujets de 65 ans et plus. Au cours d'une étude cas-témoins conduite chez 370 patients ayant présenté un AVC ou un accident ischémique transitoire, le risque d'AVC est deux fois moins important dans le groupe des sujets vaccinés contre la grippe que dans le groupe placebo.

Diminution du risque de maladie cardiaque

L'efficacité de la vaccination contre la grippe a été évaluée par plusieurs critères : réduction du risque d'hospitalisation pour maladie cardiaque, réduction du risque de survenue d'infarctus du myocarde. Cependant, le nombre de sujets inclus dans ces études est limité, d'où l'intérêt d'évaluer l'évolution des patients à risque de maladie cardiaque au cours des saisons grippales.

Les données scientifiques les plus récentes

L'étude scientifique la plus récente, publiée en 2012, regroupe les données de 31 546 patients de plus de 55 ans, présentant des atteintes cardiovasculaires. Il s'agit d'une étude multicentrique réalisée dans 40 pays, où la couverture vaccinale contre la grippe de ces patients à risque variait de 28 % à 47 % suivant les saisons grippales. Lorsque le vaccin grippal incluait les souches grippales circulantes, le risque de survenue de complications vasculaires (AVC, accident ischémique transitoire, infarctus du myocarde) chez ces patients allait de 0,52 à 0,69 par rapport au groupe de patients non vaccinés.

Par ailleurs, la réduction de complications vasculaires chez les patients vaccinés contre la grippe saisonnière était d'autant plus marquée que ces derniers avaient été vaccinés les deux saisons précédentes.

En revanche, lorsque 50 % des souches circulantes étaient différentes des souches vaccinales, il n'était pas observé d'effet bénéfique de la vaccination contre la grippe par comparaison au groupe de sujets non vaccinés.

Recommandations des autorités sanitaires vis-à-vis des patients souffrant de maladie cardiaque et vasculaire

Le risque de complications et de surmortalité chez ces patients durant la saison grippale est pris en compte par les autorités sanitaires. En effet, la vaccination annuelle contre la grippe saisonnière est recommandée aux personnes présentant une maladie des coronaires ou un antécédent d'accident vasculaire cérébral.

La prise en charge de la vaccination contre la grippe saisonnière est assurée par l'assurance maladie. Ces patients dont les pathologies correspondent aux affections de longue durée (ALD) n°1 (accident vasculaire cérébral invalidant) et ALD n° 5 (insuffisances cardiaques graves, cardiopathies congénitales graves, cardiopathies valvulaires graves) reçoivent chaque année un bon de prise en charge en début de campagne de vaccination contre la grippe.