Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Le point sur l'épidémie de maladie à virus Ebola en République Démocratique du Congo - Un deuxième vaccin utilisé

Publié le 5 oct. 2019 à 20h01

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

En République Démocratique du Congo (RDC), 18 nouveaux cas confirmés de maladie à virus Ebola ont été notifiés par le ministère de la Santé depuis le 2 octobre 2019, dont 9 décès et deux nouveaux cas probables.

Un professionnel de santé figure parmi les victimes.

Les zones de santé les plus actives au cours des 21 derniers jours étaient Mambasa, Mandima, Kalunguta et Komanda. Les deux nouveaux cas probables incluent un nourrisson de Komanda qui a présenté des symptômes le 7 septembre (décès le 10 septembre) et un homme adulte de Mambasa qui a présenté des symptômes le 21 août (décès le 29 août).

En octobre 2019, un deuxième vaccin expérimental contre le virus Ebola (fabriqué par Johnson & Johnson) devrait être utilisé dans des zones situées en dehors des zones de transmission les plus actives. Cette nouvelle stratégie vaccinale repose en fait sur l'utilisation de deux vaccins : le Vaccin Ebola Ad26.ZEBOV (vivant, recombinant) pour la première vaccination ("priming"), suivi de l'administration d'un deuxième vaccin vivant recombinant ("boost"), le Vaccin Ebola MVA-BN-Filo.

Dans les zones de transmission active du virus Ebola, le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par MSD, restera le seul utilisé.

Un incident majeur de sécurité à Lwemba (aire de santé de Mandima), a entravé les activités de lutte contre le virus Ebola pendant plus de deux semaines.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le ministère de la Santé de RDC, les autorités sanitaires ont notifié au 2 octobre 2019 et depuis le début de l'épidémie 3.198 cas de maladie à virus Ebola (3.084 cas confirmés et 114 cas probables), dont 2.137 décès (2.023 confirmés et 114 probables).

Les professionnels de santé paient un lourd tribut à la maladie : 161 ont été victimes d'Ebola, dont 41 sont décédés.

Vingt neuf zones sanitaires dans trois provinces (province du Kivu, province de l'Ituri et province du Sud-Kivu) ont notifié un cas confirmé ou probable de maladie à virus Ebola cas.

En Ouganda, un cas importé (notifié le 29 août) est décédé le 30 août dans le district de Kasese, qui borde le Nord Kivu. Cependant, à ce jour, aucune transmission autochtone n'a été signalée en Ouganda.

La mise en œuvre de mesures d'intervention reste difficile dans les zones touchées en raison de la crise humanitaire prolongée, de la situation sécuritaire instable et de la résistance de la population. 

La poursuite de l'épidémie dans des zones de population transfrontalière avec le Rwanda, le Soudan du Sud, le Burundi et l'Ouganda est préoccupante.

Au 2 octobre 2019, l'OMS estimait que le risque de propagation d'Ebola était très élevé aux niveaux national et régional tout en restant faible au niveau mondial.

Sources : Organisation mondiale de la santé ; European Centre for Disease Prevention and Control ; Ministère de la santé de la République Démocratique du Congo et d'Ouganda Comité multisectoriel de la riposte à la maladie à virus Ebola.


Maladie : Ebola

Vaccins : Ervebo Vaccin Ebola Ad26.ZEBOV Vaccin Ebola MVA-BN-Filo

Référence principale :