Situation de la diphtérie au 6 décembre 2019 dans la région des Amériques Médecine des voyages

Publié le 11 déc. 2019 à 10h03

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En 2019, la Colombie, Haïti et le Venezuela ont notifié des cas confirmés de diphtérie. En 2018, les trois mêmes pays avaient signalé des cas confirmés.

Un cas confirmé de diphtérie a été notifié en 2019. 

Il s'agit d'un ressortissant vénézuélien de 4 ans et résident de la municipalité de Cúcuta dans le département de Norte de Santander, avec des antécédents invérifiables de vaccination. 

L'enfant a débuté ses symptômes le 12 octobre 2019. Il a été confirmé sur des critères cliniques-épidémiologiques et de laboratoire : un échantillon de pseudomembrane pharyngé a été testé positif pour Corynebacterium diphtheriae et le gène de la toxine diphtérique par PCR en temps réel.

Aucun cas secondaire lié à ce cas n'a été signalé.

Entre la semaine épidémiologique depuis 2014, 951 cas probables ont été notifiés, dont 119 décès. 

Sur le total des cas, 287 ont été confirmés (278 confirmés en laboratoire et 9 par lien épidémiologique). 

Le nombre de cas probables signalés en 2019 est de169 cas. Il est supérieur au nombre signalé au cours de la même période en 2017, 151 cas mais inférieur à celui déclaré au cours de la même période en 2018, 360 cas. 

En 2019, parmi les 169 cas probables, 17 cas et 5 décès ont été confirmés en laboratoire. 

Le taux de létalité parmi les cas confirmés par lien de laboratoire ou épidémiologique était de 23 % en 2015, 40 % en 2016, 7 % en 2017, 13 % en 2018 et 29 % en 2019. 

Parmi les cas confirmés en 2019, les taux d'incidence les plus élevés se situent chez les 6 à 14 ans et les 1 à 5 ans. Les 5 cas mortels sont survenus chez des enfants de 1 à 5 ans.
En 2019, les taux d'incidence cumulative les plus élevés de cas probables ont été signalés :

dans les communes de Dondon (50,5 cas pour 100 000 habitants) ;

dans le département du Nord, Cerca Carvajal (26,5 cas pour 100 000 habitants) ;

dans le département du Centre, Thiotte (16,2 cas pour 100 000 habitants) ;

dans le département du Sud Est et Arnaud (9,4 cas pour 100 000 habitants).

L'épidémie de diphtérie qui a commencé en juillet 2016 est toujours en cours. 

Depuis le début de la flambée en 2019, 3 033 cas suspects ont été notifiés (324 cas en 2016, 1 040 en 2017, 1 208 en 2018 et 461 en 2019) : 

  • 1 785 ont été confirmées (579 par laboratoire et 1 206 par critère clinique ou lien épidémiologique) ;
  • 291 décès ont été notifiés (17 en 2016, 103 en 2017, 151 en 2018 et 20 en 2019) ;
  • en 2019, les taux de létalité par âge les plus élevés se situent chez les 5 à 9 ans (33 %), suivis des 1 an (25 %) et des 40 à 49 ans (20 %).

Rappels sur la diphtérie :

La diphtérie est une maladie hautement contagieuse due à une Corynébactérie du complexe diphtheriae (Corynebacterium diphtheriae, Corynebacterium ulcerans, Corynebacterium pseudotuberculosis). Ces trois espèces de bactéries sont aptes à produire la toxine diphtérique. Cette toxine est essentiellement la responsable des manifestations cliniques. 

Le mode de transmission se fait par voie aérienne lors de contacts directs avec des malades ou des porteurs sains par l'intermédiaire d'aérosols émis par la toux et les éternuements.

La période d'incubation de la diphtérie est habituellement de 2 à 5 jours. Le symptôme le plus caractéristique de cette maladie est la présence de « fausses membranes » blanchâtres au niveau des amygdales ou de la plaie. L'angine diphtérique est la forme habituelle de la maladie. Elle est caractérisée par une pharyngite, de la fièvre, une tuméfaction du cou et une céphalée. Dans certains cas la toxine peut conduire à une paralysie du système nerveux central ou bien du diaphragme et de la gorge entraînant la mort par asphyxie.

Les voyageurs à destination des pays où la diphtérie est endémique doivent vérifier leur statut vaccinal avant le départ. Les réfugiés qui manquent de preuves d'une vaccination contre la diphtérie doivent être considérés comme non protégés.

Il existe un vaccin efficace, obligatoire pour les enfants et les professionnels de santé. La primo-vaccination est obligatoire chez l'enfant à 2, 4 et 11 mois, elle est suivie de rappels à 6 ans, 11-13 ans, 25 ans, 45 ans et 65 ans, puis tous les 10 ans.

Le voyageur peut vérifier si la vaccination contre la diphtérie lui est recommandée ou non en utilisant le système expert de MesVaccins.net.

Source : Pan American Health Organization.