Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Epidémies et cas de méningite signalés en Afrique Sub-saharienne Médecine des voyages

Publié le 24 déc. 2019 à 08h23

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte des cas de méningite à méningocoque dans plusieurs pays de la « ceinture de la méningite de Lapeyssonnie ». 

Le pays ayant notifié une région en épidémie au 1er décembre 2019 est le Ghana (région de l'Upper West). 

Par ailleurs, les pays suivants ont rapporté des régions avec une augmentation des cas et/ou des districts en phase d'alerte (sans atteinte du seuil épidémique) : le Bénin, le Ghana et le Tchad. 

En raison d'un retard dans la notification des cas de méningite et de l'identification du germe, il est difficile de connaître la situation épidémiologique actuelle dans plusieurs pays.

Dans les pays de « la ceinture de la méningite » en Afrique sub-saharienne des épidémies de méningite sont fréquentes pendant la saison sèche qui survient généralement de décembre à juin. 

Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies. Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les méningocoques A, C, W et X. 

Ces dernières années des cas de méningite à pneumocoque ont aussi été diagnostiqués.

Rappels sur la méningite a méningocoque  : 

La méningite à méningocoque est due à la bactérie Neisseria meningitidis qui se transmet par contacts interhumains directs et par la projection d'aérosols et de gouttelettes d'origine nasale ou pharyngée par des sujets malades ou porteurs asymptomatiques. L'homme est le seul réservoir.

Elle a un début brutal avec céphalée intense, fièvre, nausées, vomissements, photophobie et raideur de la nuque ainsi que divers signes neurologiques. Les personnes développant ces symptômes doivent consulter un médecin en urgence pour la confirmation du diagnostic et la mise en route en urgence d'un traitement antibiotique.

Des campagnes de vaccination sont en cours dans les régions affectées. 

Pour le voyageur se rendant dans la zone en cas d'épidémie due au méningocoque de sérogroupe A, C, W ou Y la vaccination est recommandée. Il existe deux vaccins :

  • à partir de l'âge de 6 semaines le vaccin méningococcique conjugué A, C, Y, W Nimenrix® 
  • à partir de l'âge de 2 ans avec le vaccin méningococcique conjugué A, C, Y, W Menveo®.

Source : Safetravel.


Maladie : Méningocoques ACWY

Vaccins : BEXSERO MENJUGATE 10 µg MENVEO NEISVAC NIMENRIX

Référence principale :