Lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière

Publié le 24 sept. 2011 à 23h15

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 25 novembre 2021.

L'Assurance maladie et le Ministère de la santé ont annoncé le lancement de la prochaine campagne de vaccination contre la grippe saisonnière.

Le virus de la grippe sévit habituellement d'octobre à mars. Parce qu'il évolue rapidement, il est indispensable de s'en protéger et de se faire vacciner tous les ans. Le vaccin contre la grippe saisonnière sera disponible en pharmacie à partir du 29 septembre 2011. La nouvelle campagne se déroulera du 29 septembre 2011 au 31 janvier 2012, période durant laquelle l'Assurance maladie invite près de 12 millions d'assurés à bénéficier gratuitement du vaccin contre la grippe saisonnière.

Mobilisation pour améliorer la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière.

Cette mobilisation est d'autant plus importante que la dernière campagne nationale a été marquée par une baisse de la vaccination des populations à risque. La couverture vaccinale était de 52 % en 2010 contre 60 % en 2009. Ce recul est un risque réel pour les personnes vulnérables qui doivent être protégées des complications sévères que le virus grippal peut engendrer. Tous les ans, la grippe saisonnière atteint plusieurs millions de personnes en France et peut s'avérer mortelle, en particulier chez les personnes fragilisées.

Valorisation des actions de prévention.

La nouvelle convention médicale signée le 26 juillet 2011 entre l'Assurance maladie et les médecins libéraux valorise leur action de prévention en instaurant une nouvelle rémunération sur objectifs de santé publique. Les thèmes ont été sélectionnés en fonction des priorités de santé publique. Parmi les huit indicateurs de santé publique retenus au sein du volet « prévention », la vaccination antigrippale fait l'objet de deux indicateurs dédiés, témoignant de l'engagement fort des parties conventionnelles dans ce domaine :

  • 75 % des patients âgés de 65 ans et plus vaccinés ;
  • 75 % des patients en ALD (affection de longue durée) âgés de 16 à 64 ans vaccinés.

Qui devrait bénéficier de la vaccination antigrippale en 2011-2012 ?

S'appuyant sur le calendrier vaccinal 2011, la campagne de vaccination de l'Assurance Maladie intègre de nouvelles populations à risque. Parmi les nouveaux publics concernés, il faut souligner l'extension du dispositif aux personnes souffrant d'une maladie des coronaires (angor ou infarctus du myocarde), soit environ 290 000 patients. Ils viennent s'ajouter aux populations à risque qui bénéficient habituellement de la prise en charge du vaccin à 100 %.

Voici une liste complète et actualisée des personnes qui devraient être vaccinées contre la grippe :

  • Personnes âgées de 65 ans et plus.

Les personnes, y compris les enfants à partir de l'âge de 6 mois et les femmes enceintes, atteintes des pathologies suivantes :

  • Insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives, quelle que soit la cause, répondant aux critères de l'ALD 14 (insuffisance respiratoire chronique grave de l'adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive).
  • Autres maladies respiratoires chroniques ne remplissant pas les critères de l'ALD 14 (insuffisance respiratoire chronique grave de l'adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive) mais susceptibles d'être aggravées ou décompensées par une affection grippale (asthme, bronchite chronique…).
  • Dysplasie broncho-pulmonaire traitée au cours des six mois précédents par ventilation mécanique, oxygénothérapie prolongée et/ou traitement médicamenteux continu.
  • Mucoviscidose (ALD 18).
  • Cardiopathies congénitales graves, insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, valvulopathies graves (ALD 5).
  • Maladies coronaires (ALD 13).
  • Antécédents d'accident vasculaire cérébral (ALD 1).
  • Formes graves d'affections neurologiques et musculaires, dont la myopathie, la poliomyélite, la myasthénie et la maladie de Charcot (ALD 9) ; les épilepsies ne sont pas concernées.
  • Paraplégie et tétraplégie avec atteinte diaphragmatique (ALD 20).
  • Néphropathies chroniques graves et syndromes néphrotiques (ALD 19).
  • Drépanocytose, homozygotes et doubles hétérozygotes S/C, thalassodrépanocytose (incluses dans l'ALD 10).
  • Diabète de type 1 et de type 2 (ALD 8).
  • Déficit immunitaire primitif ou acquis (pathologies oncologiques et hématologiques, transplantations d'organes et de cellules souches hématopoïétiques, déficits immunitaires héréditaires, maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur) excepté les personnes qui reçoivent un traitement régulier par immunoglobulines, personnes infectées par le VIH (ALD 7).
Selon l'entourage et les conditions de vie ou de travail :
  • L'entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ainsi définis : prématurés, notamment ceux porteurs de séquelles à type de bronchodysplasie et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire, ou présentant une affection de longue durée.
  • Les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d'hébergement quelque soit l'âge.
  • Les professionnels de santé libéraux en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque de grippe sévère : médecin généraliste, infirmier, sage-femme, pédiatre, pharmacien titulaire d'officine, masseur-kinésithérapeute.

Il faut ajouter à cette liste (recommandations plus récentes) :

  • Les femmes enceintes à partir du deuxième trimestre de grossesse (celles présentant l'une des affections précisées ci-dessus peuvent être vaccinées contre la grippe dès le premier trimestre).
  • Les personnes obèses (indice de masse corporelle supérieur ou égal à 30).

Une prise en charge simplifiée et étendue.

Par ailleurs, la prise en charge du vaccin à 100 % est élargie à de nouvelles populations à risque. Les professionnels de santé, invités par l'Assurance Maladie depuis 2010 à se faire vacciner, sont également particulièrement mobilisés cette année.

Pour les personnes ayant déjà été vaccinées dans le cadre de la campagne nationale, les démarches, simplifiées depuis 2008 ont été étendues à d'autres publics: désormais, toutes les personnes de plus de 18 ans, à l'exception des femmes enceintes, peuvent se rendre directement chez le pharmacien pour retirer le vaccin antigrippal grâce au bon de prise en charge joint au courrier. Elles pourront ensuite se faire vacciner par une infirmière libérale de leur choix, sans prescription médicale. Au total, près de 5,5 millions d'assurés bénéficieront, cette année, de cet accès direct favorisant la vaccination antigrippale.

Les personnes éligibles à la vaccination, qui n'auraient pu être identifiées et invitées, pourront également bénéficier gratuitement du vaccin antigrippal. Un nouveau modèle d'imprimé de prise en charge vierge sera mis à la disposition des médecins traitants par l'Assurance Maladie. Cet imprimé permettra également la prise en charge du vaccin à 100 % pour les femmes enceintes et les personnes obèses.

En 2010, plus de 100 000 professionnels de santé libéraux, en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque, étaient invités par l'Assurance Maladie à se faire vacciner. Pour la première fois, l'ensemble des médecins généralistes, des infirmiers et des sages-femmes libéraux bénéficiait de la prise en charge à 100 % du vaccin contre la grippe saisonnière.

Cette année, à la demande du Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé, le dispositif a été étendu aux pédiatres, pharmaciens et masseurs-kinésithérapeutes, soit au total plus de 200 000 professionnels de santé libéraux.

Source : Assurance maladie ; Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé.