Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

La vaccination contre la grippe des personnes qui en ont le plus besoin est très insuffisante

Publié le 30 oct. 2014 à 21h18

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Commission des maladies infectieuses et des maladies émergentes (Haut Conseil de la santé publique, 2017- en cours)
Comité technique de vaccinations (Haut Conseil de la santé publique, 2007-2017)
Groupe vaccins (ANSM, 2016-en cours)
- Liens avec l'industrie :
DPI consultable sur le site HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/Personne?clef=2329 Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

A l'heure du lancement de la campagne de vaccination contre la grippe 2014-2015, l'Institut de veille sanitaire (InVS) présente les conclusions à tirer de la surveillance épidémiologique et virologique de la grippe en France métropolitaine au cours de la saison 2013-2014 (1).

Saison grippale 2013-2014 : une épidémie d'ampleur limitée mais avec un plus grand nombre de cas graves que lors des saisons précédentes

L'épidémie de grippe a été de courte durée (5 semaines) avec le franchissement des seuils épidémiques entre les 27 janvier et 2 février 2014 pour le début de l'épidémie et entre les 24 février et 2 mars 2014 pour la fin de l'épidémie. Elle a été également de faible intensité avec une estimation de 1,1 million de consultations en médecine ambulatoire, par comparaison aux années précédentes : 4,3 millions en 2012-2013, 1,8 million en 2011-2012, 2,8 millions en 2010-2011. La brièveté de la saison grippale est indépendante de la gravité de la grippe. En effet, proportionnellement, le nombre d'hospitalisation pour grippe (1 202 cas) a été 3 fois plus élevé par comparaison au nombre de consultations et d'hospitalisation (1 846 cas) au cours de la saison 2012-2013, la plus intense des 3 dernières années. 

Ce sont les enfants de moins de 5 ans et les personnes âgées de 65 ans et plus qui ont été majoritairement hospitalisés, respectivement 31 % et 25 % des hospitalisations. Le nombre de cas graves admis en réanimation a été également proportionnellement plus élevé, soit 661 cas graves (âge moyen : 55 ans), dont 76 % de personnes âgées de 65 ans et plus et de patients présentant des co-morbidités (c'est-à-dire présentant une maladie chronique pouvant aggraver la maladie, par exemple une affection respiratoire chronique, un diabète ou une insuffisance cardiaque). 

Il n'a pas été observé d'excès de mortalité au cours de la saison hivernale 2013-2014 par comparaison à la même période hivernale les saisons précédentes, à l'exception de la saison 2012-2013. Cependant, parmi les personnes âgées résidant en collectivité de personnes âgées, le nombre de décès a été de 139 pour 438 cas hospitalisés.

Surveillance virologique

Ce sont majoritairement les virus grippaux de type A (99 %) qui ont été détectés parmi les 1 302 isolats caractérisés, avec la co-circulation à part équivalente de virus A(H1N1)pdm09 (50 %) et de virus A(H3N2) (42 %). 

Le virus A(H1N1)pdm09 a été majoritairement responsable de cas graves chez les adultes (85 % des cas), comme cela a été observé les saisons précédentes.

Statut vaccinal des cas graves parmi les personnes éligibles à la vaccination

Parmi les cas graves, l'information du contexte dans lequel la grippe est survenue et en particulier l'existence de co-morbidités a été disponible pour 70 % des cas. Parmi ces personnes normalement éligibles à la vaccination, 79 % n'étaient pas vaccinés. Dans les collectivités de personnes âgées, alors que la couverture vaccinale moyenne contre la grippe était de 85 % parmi les résidents, celle du personnel était de 23 %, c'est à dire très insuffisante pour déterminer un impact positif de la vaccination des soignants pour protéger les patients, comme cela a été présenté dans un rapport récent sur la vaccination des personnes âgées et des personnels soignants (2).

Recommandations vaccinales contre la grippe

L'épidémiologie de la saison grippale 2013-2014 a été classique avec la survenue de cas graves chez les personnes les plus âgées et celles présentant des co-morbidités. Or les recommandations vaccinales n'ont pas été suffisamment appliquées pour ces catégories de personnes qui devraient bénéficier de la vaccination grippale. La liste des personnes éligibles à cette vaccination a été rappelée dans la nouvelle publiée lors du lancement de la campagne de vaccination contre la grippe 2014-2015 (3).

L'efficacité de la vaccination est modérée chez les personnes âgées, compte tenu de l'immuno-sénescense. La recommandation vaccinale concerne également le personnel soignant, mais on connaît ses réticences à se faire vacciner. Il appartient aux établissements de santé et médico-sociaux de mettre en place des actions visant à promouvoir la vaccination et sa réalisation sur les lieux de travail.

Le système expert de MesVaccins.net permet à chacun de savoir s'il présente un risque d'une forme grave de grippe et de bénéficier d'informations personnalisées sur la vaccination contre la grippe. 

Sources

  1. Surveillance épidémiologique et virologique de la grippe en France métropolitaine, saison 2013-2014, BEH N° 28.
  2. Rapport sur la vaccination des personnes âgées et des personnels soignants.
  3. Lancement de la campagne de vaccination contre la grippe 2014-2015.