Le poids épidémiologique de la grippe dans le monde

Publié le 8 déc. 2012 à 21h26

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Commission des maladies infectieuses et des maladies émergentes (Haut Conseil de la santé publique, 2017- en cours)
Comité technique de vaccinations (Haut Conseil de la santé publique, 2007-2017)
Groupe vaccins (ANSM, 2016-en cours)
- Liens avec l'industrie :
DPI consultable sur le site HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/Personne?clef=2329 Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

Pour chaque maladie à prévention vaccinale, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) édite périodiquement une publication correspondant à la synthèse actualisée des connaissances scientifiques disponibles et aux recommandations vaccinales qui en découlent. Ces publications sur les vaccins sont connues en anglais sous le nom de "position paper" et en français sous le terme de "note de synthèse". Elles sont publiées dans le relevé épidémiologique hebdomadaire et sont accessibles à travers le module "textes de référence" de l'interface "Professionnels de santé" de MesVaccins.net.

Points majeurs d'actualisation depuis la précédente synthèse

La dernière note de synthèse de l'OMS sur la grippe et les vaccins grippaux datait de 2005. Il était temps de l'actualiser. Des données majeures sont désormais disponibles, concernant l'épidémiologie de la grippe dans les pays en voie de développement et les pays tropicaux, les conséquences de l'infection grippale chez la femme enceinte, les manifestations pandémiques et saisonnières du virus A(H1N1)pdm09 initialement pandémique, évoluant par la suite en 2010 vers un schéma saisonnier.

Données épidémiologiques 

Bien que dans les zones tropicales ou subtropicales, la mortalité et la morbidité dues à la grippe soient probablement sous-estimées, une revue systématique couvrant 30 ans d'épidémiologie de la grippe saisonnière en Afrique sub-saharienne fait apparaitre que la grippe est à l'origine d'environ 10 % de consultations ambulatoires (fourchette : 1-28 % et 6,5 % des hospitalisations pédiatriques pour infection respiratoire aiguë). Cependant, les données épidémiologiques très parcellaires suivant les pays sont insuffisantes pour mettre en place une stratégie pertinente de prévention de la grippe.

Groupes à risque pour la grippe

Il faut distinguer ceux qui présentent un risque accru d'être exposé au virus grippal (cas des personnels de soins) et ceux dont le risque particulier est de développer une forme grave (cas des sujets âgés, des femmes enceintes, de patients souffrant d'affections sous-jacentes incluant l'infection à VIH, l'asthme, l'obésité morbide, une pathologie cardiaque ou pulmonaire chronique.

Ainsi, chez les femmes enceintes, au cours de la pandémie grippale de 2009, liée au virus grippal A(H1N1)pdm09, à New York, la probabilité d'être hospitalisée pour une grippe sévère était 4,3 fois plus élevée que celle observée chez les femmes non enceintes.

On sait que les enfants âgés de moins de 5 ans et particulièrement ceux de moins de 2 ans constituent un réservoir majeur des virus grippaux. En 2008, sur près de 8 millions d'enfants de moins de 5 ans, 1 à 2 millions de cas d'infection aiguë des voies respiratoires inférieures associés à la grippe ont été rapportés, parmi lesquels 28 000 à 111 500 décès, majoritairement survenus dans les pays en développement. Mais les données restent insuffisantes pour déterminer le poids de la grippe dans la mortalité des enfants des pays à faible revenu.

Vis-à-vis des personnes âgées, il a été estimé qu'entre 1976 et 2007, au Royaume-Uni , 2,5 à 8,1 % des décès des personnes de plus de 75 ans étaient dus à la grippe. Dans la Chine urbaine, 86 % des décès excédentaires associés à la grippe entre 2003 et 2008 ont concerné des sujets âgés de 65 ans et plus.

Par ailleurs, une revue systématique a permis de calculer une incidence groupée de la grippe de 18,7 % par saison, dont 7,5 % d'infections symptomatiques, chez le personnel soignant non vacciné. Ces données montrent le niveau de risque de transmission nosocomiale des virus grippaux par les personnels soignants aux patients à haut risque dont ils ont la charge.

MesVaccins.net consacrera une deuxième nouvelle sur les données de l'OMS concernant la vaccination contre la grippe.

Source : Organisation mondiale de la santé (OMS).