Vaccination contre la grippe et le pneumocoque dans les maisons de retraite : peut mieux faire

Publié le 3 jan. 2014 à 22h53

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Commission des maladies infectieuses et des maladies émergentes (Haut Conseil de la santé publique, 2017-2022)
Comité technique de vaccinations (Haut Conseil de la santé publique, 2007-2017)
Groupe vaccins (ANSM, 2016-en cours)
- Liens avec l'industrie :
DPI consultable sur le site HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/Personne?clef=2329 Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

Les résidents d'établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sont une population fragile sur le plan sanitaire, compte tenu de leur âge (âge moyen : 86 ans), de la fréquence de leurs pathologies (atteintes respiratoires, cardiaques, rénales, hépatiques ) et de leur polymédication.

Ces conditions de santé augmentent la vulnérabilité de ces personnes à la sévérité et aux complications de la grippe et des infections invasives au pneumocoque.

En France, comme parmi les 26 autres pays membres de l'Union Européenne, la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée chez toutes les personnes âgées de 65 ans et plus (1). Quant à la vaccination des adultes contre les pneumocoques, elle fait l'objet de recommandations particulières parmi les adultes présentant une maladie les exposant à un risque élevé d' infection invasive à pneumocoque : asplénie fonctionnelle ou splénectomie, immunodéprimés, drépanocytose homozygote, syndrome néphrotique, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, patients alcooliques avec hépatopathie chronique, personnes ayant des antécédents d'infection pulmonaire ou invasive à pneumocoque.

Etude multicentrique conduite dans les EHPAD

Au vu de ces éléments, Philippe de Souto Barreto et ses collaborateurs ont analysé la couverture vaccinale parmi les résidents d'EHPAD de Midi-Pyrénées et du Sud-Ouest de la France et ont déterminé l'impact de l'environnement de l'EHPAD sur la vaccination de ces résidents (2). Cette étude multicentrique a été conduite en 2011, sur une période de suivi de 18 mois, auprès de 6.275 résidents (âge moyen: 86 ± 8,2 ans), hébergés dans les 175 EHPAD participants. Le recueil des données a été exploité à partir de deux questionnaires. L'un concernait la structure même de l'EHPAD : statut public ou privé de la structure, location géographique, qualifications et nombre d'équivalents temps plein pour le médecin coordonateur, niveau d'informatisation de l'EHPAD pour la gestion des données de santé de ses résidents. Le second questionnaire s'est intéressé au profil santé des résidents, à la coordination entre le médecin coordinateur de l'EHPAD et le médecin traitant de la personne pour réévaluer le statut santé du résident, dont les prescriptions vaccinales.

Les résultats de l'étude

De manière globale, parmi les 6.275 résidents, 80,8 % d'entre eux avaient été vaccinés contre la grippe saisonnière pour la saison en cours et 28 % avaient reçu une vaccination pneumococcique. Une grande disparité de couverture vaccinale est observée suivant les EHPAD, avec une couverture vaccinale contre la grippe allant de 5,75 % pour un établissement à 100 % pour 19 structures (médiane de 83,3 % pour l'ensemble des 175 EHPAD). Selon les objectifs de la loi de santé publique vis-à-vis de la couverture vaccinale des personnes âgées de 65 ans et plus, une couverture vaccinale au moins égale à 75 % est atteinte par 133 des 175 EHPAD. Concernant la vaccination pneumococcique, la couverture vaccinale médiane est de 16,7 % pour l'ensemble des établissements (extrêmes allant de 2,8 % à 50 %). Lorsque l'analyse est réalisée en fonction des facteurs de risque des résidents pour lesquels la vaccination contre le pneumocoque est recommandée, la couverture vaccinale est très insuffisante : respectivement 30,6 % et 35,1 % des personnes présentant une insuffisance cardiaque et une insuffisance rénale sont à jour de la vaccination. La couverture vaccinale est de 42,8 % chez les résidents atteints d'affection pulmonaire chronique. En s'intéressant à l'impact des EHPAD pour améliorer la couverture vaccinale de ses résidents, le niveau de formation du médecin coordonnateur en gériatrie et la réévaluation régulière du profil santé du résident en fonction de sa durée de séjour sont des facteurs déterminants pour la mise à jour de la vaccination grippale et la prescription de la vaccination pneumococcique.

Conclusion

Dans cette étude, la couverture vaccinale élevée contre la grippe saisonnière des résidents montre que la recommandation de vacciner les personnes âgées de 65 ans et plus est bien suivie dans les EHPAD. En revanche, la faible couverture vaccinale pneumococcique des résidents à haut risque de complications d'infections invasives à pneumocoque justifie la mise en place de mesures à court et moyen terme, notamment le projet de santé individualisé du résident, à l'entrée et au cours de son séjour dans l'institution, et l'amélioration de la coordination entre le médecin traitant et le médecin coordonnateur de l'EHPAD. La e-santé est l'un des outils qui peut se déployer dans les EHPAD pour améliorer le niveau de santé de chaque résident. La plateforme MesVaccins.net est un service qui peut participer à l'amélioration de la couverture vaccinale de la population par le partage des données entre les professionnels de santé, par le questionnaire personnalisé adapté à chaque profil santé de chacun des résidents, comme cela est souligné dans le document portant sur l'amélioration de la politique vaccinale en France (3).

Références

1. Calendrier vaccinal 2013.

2. De Souto Barreto P., Lapeyre-Mestre M., Vellas B., Rolland Y. Indicators of influenza and pneumococcal vaccination in French nursing home residents in 2011. Vaccine 2013.12.23.

3. Rapport relatif à l'amélioration de la politique vaccinale en France 2012-2017.