Cas de tétanos chez un enfant non vacciné en Slovénie Médecine des voyages

Publié le 21 oct. 2016 à 08h25

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Slovénie, les autorités sanitaires ont notifié un cas de tétanos chez un enfant non vacciné. La maladie avait été considérée comme éradiquée chez les enfants depuis les 20 dernières années.

L'Institut national de santé publique déclare que quelques cas sont signalés chaque année chez les personnes âgées.

Le tétanos est une maladie d'origine infectieuse, due à une bactérie de l'environnement localisée essentiellement dans la terre, la poussière, sur les plantes…

Cette maladie se manifeste de façon aiguë par des contractures généralisées entrainant une véritable tétanisation de l'ensemble des muscles du corps (d'où son nom). Il s'agit d'une affection grave, souvent mortelle. La contamination se fait lors d'une plaie cutanée ou toute autre effraction permettant à la bactérie de pénétrer dans l'organisme pour s'y multiplier. Cette bactérie produit alors une toxine qui va diffuser dans le corps et provoquer des contractures généralisées. Les personnes à risque sont les personnes non ou insuffisamment vaccinées, âgées ou celles atteintes de plaies chroniques (par exemple un ulcère variqueux).

Le vaccin est le seul moyen d’être protégé contre le tétanos car il n’existe pas d’immunité naturelle. Les vaccins contre le tétanos sont d’une efficacité et d’une innocuité quasiment parfaites. Ils existent depuis plus de 60 ans. La vaccination tétanique est obligatoire en France pour les enfants de moins de 18 mois depuis la loi du 24 novembre 1940 (article L. 3111-2). 

Cette maladie ne se transmet pas de personne à personne, et la toxine ne produit aucune immunité, seule la vaccination apporte une protection efficace.

Source : Promed.