A New-York, état d’urgence pour renforcer la vaccination contre la poliomyélite

Publié le 10 sept. 2022 à 21h24

Biographie

Médecin biologiste.

Aux Etats-Unis, après l'identification d'un cas de poliomyélite due à un poliovirus dérivé de la souche vaccinale de type 2 (PVDVc2) chez une personne non vaccinée dans le comté de Rockland en juillet 2022 (voire la nouvelle 19560) le Département de la santé de l'État de New York (NYSDOH) a lancé une surveillance des eaux usées car les personnes infectées par le poliovirus excrètent le virus dans leurs selles.

L'analyse des séquences effectuée par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a permis de détecter le virus PVDVc2 dans des échantillons prélevés dans les comtés de Rockland, Orange (voir la nouvelle19631) et Sullivan, dans la ville de New York, et, maintenant, dans le comté de Nassau. L'échantillon prélevé en août dans le comté de Nassau est génétiquement lié au cas de poliomyélite précédemment identifié dans le comté de Rockland, preuve de l'expansion d'une propagation communautaire du virus.

Au 1er août 2022, les comtés de Rockland, d'Orange, de Sullivan et de de Nassau ont des taux respectifs de vaccination contre la polio de 60,34 %, 58,68 %, 62,33 % et 79,15 %. Le taux moyen, dans l'État de New York est de 78,96 %, pour les enfants ayant reçu trois doses de vaccin contre la polio avant leur deuxième anniversaire. Un taux supérieur à 90 % est l'objectif du NYSDOH.

Le NYSDOH exhorte tous les New-Yorkais non vaccinés contre la polio ou ceux qui ne sont pas à jour de leurs vaccinations, y compris les enfants de moins de 2 mois et les femmes enceintes, à se faire vacciner immédiatement. Les New-Yorkais qui vivent, travaillent, vont à l'école ou visitent les comtés de Rockland, d'Orange, de New York, de Sullivan et de Nassau courent le plus grand risque de contracter la maladie.

Dans ce contexte le gouverneur de l'Etat de New York a déclaré l'état d'urgence, renforçant ainsi la campagne de vaccination. Un décret élargit le réseau des administrateurs de vaccins, en y ajoutant les travailleurs des services médicaux d'urgence, les sages-femmes et les pharmaciens. De plus, ce décret autorise les médecins et les infirmières praticiennes agréées à émettre des « ordres permanents non spécifiques pour les vaccins contre la polio » autorisant les infirmiers et les pharmaciens à évaluer l'indication de vaccination d'un patient et l'administration du vaccin sans l'intervention directe d'un médecin ou d'une infirmière praticienne agréée. Le décret exige également que les prestataires de soins envoient des données sur la vaccination contre la polio au NYSDOH.

Le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) est le seul vaccin disponible aux États-Unis. Le NYSDOH, en accord avec les recommandations des CDC, recommande les schémas de vaccinations suivants en fonction de l'âge et des antériorités vaccinales :

  • les enfants doivent recevoir 4 doses du vaccin : la première dose entre l'âge de 6 semaines et de 2 mois, suivie d'une dose à l'âge de 4 mois, de 6 à 18 mois et de 4 à 6 ans ;
  • après l'âge de 4 ans, les personnes non vaccinées ou qui ne sont pas sûre de l'avoir été doivent recevoir un total de 3 doses ;
  • les adultes qui n'ont reçu qu'une ou deux doses du vaccin antipoliomyélitique dans le passé doivent recevoir les deux doses restantes, quel que soit le temps écoulé depuis les premières doses.

De plus, le NYSDOH demande à ce que les New-Yorkais suivants qui sont à jour de leur vaccination contre la polio reçoivent une dose de rappel du VPI :

  • les personnes qui auront ou pourraient avoir un contact étroit avec une personne dont on sait ou dont on soupçonne qu'elle est infectée par le poliovirus, ou les membres du foyer de cette personne ou d'autres contacts étroits ;
  • les prestataires de soins travaillant dans des régions où le poliovirus a été détecté (comtés de Rockland, d'Orange, de Sullivan, de Nassau et ville de New York) et susceptibles de manipuler des échantillons pouvant contenir des poliovirus ou de traiter des patients pouvant être atteints de polio (par exemple, les travailleurs des services de soins d'urgence, des services d'urgence, de neurologie et des laboratoires de virologie) ;
  • les personnes qui sont exposées professionnellement aux eaux usées peuvent envisager un rappel.

Outre la vaccination, les New-Yorkais doivent savoir qu'il est important de se laver les mains avec du savon, car les désinfectants à base d'alcool ne fonctionnent pas sur certains agents infectieux, comme le virus de la poliomyélite.

Source : New York State Department of Health.