Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

L'épidémie de grippe saisonnière n'a pas encore débuté mais des signes avant-coureurs apparaissent

Publié le 29 déc. 2014 à 14h40

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

Du 15 au 21 décembre 2014, le taux d'incidence des consultations pour syndromes grippaux à partir des données du Réseau unique était de 69 cas pour 100 000 personnes, en dessous du seuil épidémique (172/100 000) et stable par rapport à la semaine précédente.

Cependant, le nombre de passages a fortement augmenté et cette augmentation porte essentiellement sur le groupe d'âge 5-14 ans, qui constitue un réservoir pour la dissémination des virus grippaux. Dans ce contexte, la chute récente des températures pourrait favoriser le démarrage de l'épidémie saisonnière de grippe.

Plus de la moitié des virus grippaux typés sont des virus A(H3N2). Ceux-ci sont répartis en deux groupes. Le premier groupe, minoritaire, est proche de la souche A/Switzerland/9715293/2013, qui a circulé dans l'hémisphère sud et constitue un variant par rapport à la souche vaccinale. Le second groupe, majoritaire, ne présente que de légères différences par rapport à la souche vaccinale et n'est pas considéré comme un variant. Il n'est pas possible à ce jour d'estimer l'impact des changements des virus grippaux circulants sur l'efficacité du vaccin.

Source : Institut de veille sanitaire.


Maladie : Grippe saisonnière

Vaccins : AGRIPPAL FLUARIX FLUENZ IMMUGRIP INFLUVAC VAXIGRIP

Référence principale :