Début de l'épidémie de grippe en France métropolitaine

Publié le 28 jan. 2015 à 22h00

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

L’Institut de veille sanitaire a confirmé aujourd'hui le franchissement du seuil épidémique national pour la deuxième semaine consécutive, signant le début de l’épidémie de grippe saisonnière.

Entre le 19 et le 25 janvier 2015 (semaine 4), le taux d’incidence hebdomadaire des consultations pour syndromes grippaux est en très forte augmentation : 482 pour 100 000 consultations, soit près du double de la semaine précédente (semaine 3 : 246/100 000). L’ensemble de la métropole est concerné par la hausse de ces consultations.

La surveillance auprès des services de réanimation a permis d’identifier 223 cas graves, dont 16 décès, depuis le 1er novembre 2014. Parmi eux, la moitié des patients étaient âgés de 65 ans et plus et 89 % présentaient un facteur de risque de complications justifiant une recommandation vaccinale. La majorité des patients atteints par une forme grave de grippe n’étaient pas vaccinés.

Les virus de type A(H3N2) représentent 62 % des virus grippaux circulant actuellement en France. Cette souche est connue pour provoquer des complications chez les personnes à risque. L’adéquation entre les souches vaccinales et les souches circulantes n’est pas optimale cette année, pouvant se traduire par une moindre efficacité de la vaccination. Celle-ci reste néanmoins utile en car elle peut conférer une protection croisée et diminuer le risque de survenue d'une forme grave.

Des mesures d’hygiène simples (limitation des contacts, hygiène des mains, se couvrir la bouche et le nez quand on tousse ou éternue, utiliser des mouchoirs en papier à usage unique) contribuent à limiter la transmission de la grippe de personne à personne. Pour autant, comme l’a rappelé la Direction Générale de la Santé dans son communiqué du 23 janvier 2015, le vaccin reste le meilleur outil de prévention et les personnes à risque sont encouragées à se faire vacciner, même en début de phase épidémique.

Le système expert de MesVaccins.net, intégré au carnet de vaccination électronique, permet de savoir si la vaccination grippale est recommandée en fonction de ses caractéristiques individuelles.

Source : Institut de veille sanitaire.