Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Parmi les enfants hospitalisés pour syndrome grippal, 1 sur 3 présente une complication grave

Publié le 29 août 2014 à 13h53

Biographie

MD, PhD, ancien directeur scientifique de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), Brétigny sur Orge, France.

Enseignant à l’Ecole du Val-de-Grâce, à l’université d’Aix-Marseille, à l’Institut de formation en soins infirmiers Saint Joseph, Marseille.

Expert auprès de l’Institut de veille sanitaire (InVS) et de la Haute autorité de santé (HAS).

Liens d'intérêt

Absence de lien avec l’industrie pharmaceutique.

Aucune participation à des études cliniques de médicaments ou vaccins.

Déclaration établie le 2 janvier 2012, mise à jour le 11 décembre 2014.

Les infections respiratoires virales de l'enfant, dont la grippe, peuvent avoir de graves complications, parfois favorisées par des pathologies associées. On n'en connait pas toujours cependant l'incidence véritable. L'étude menée dans un service de pédiatrie américain permet de mieux appréhender cette importance. Elle a porté sur 241 sujets de moins de 19 ans reçus aux urgences pour un syndrome grippal au moment du pic des épidémies de grippe entre 2008 et 2010 (sur un total de 125.940 enfants hospitalisés sur la période). L'âge moyen était de 27,4 mois. Quatre-vingt cinq enfants (35,3 %) ont présenté une complication grave : pneumonie (63 cas), défaillance respiratoire (12), convulsions (14), décès (1 cas). Les enfants présentant des pathologies neurologiques ou neuromusculaires sont apparus plus souvent atteints par ces complications alors qu'aucune autre pathologie n'a semblé constituer un facteur de risque déterminant. Dans 40 % des cas, aucun facteur favorisant potentiel n'a été détecté.

Pour les auteurs, le constat justifie un recours systématiques aux traitements antiviraux, plutôt bien supportés chez l'enfant. Il doit également inciter les médecins à une grande vigilance, même en l'absence du diagnostic biologique de confirmation, qui peut être retardé.

On remarquera que dans le groupe étudié, le virus responsable de l'hospitalisation n'était par forcément un virus grippal et que son identification pouvait être tardive. Dans ces conditions, le choix de l'antiviral devient probabiliste. 

On rappellera par ailleurs que le vaccin antigrippal constitue un excellent moyen de prévenir la grippe et ses complications. D'après une étude des CDC américains que nous avons présentée le 28 avril dernier, il prévient efficacement la survenue des formes graves chez l'enfant.

Référence

  • Mistry RD, Fischer JB, Prasad PA, Coffin SE, Alpern ER. Severe Complications in Influenza-like Illnesses. Pediatrics. 2014 Aug 4. 

Maladie : Grippe saisonnière

Vaccins : AGRIPPAL FLUARIX FLUENZ IMMUGRIP INFLUVAC VAXIGRIP