Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Ce qu'il faut retenir de l'actualité en matière de vaccination : bulletin janvier 2016

Publié le 22 jan. 2016 à 18h19

Biographie

Pharmacien d'officine.

Liens d'intérêt

Aucun lien d'intérêt.

  • Vaccin Méningitec : actualisation des informations sur le défaut de qualité constaté en 2014.

A titre de précaution, et en accord avec l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le laboratoire CSP a retiré du marché, le 24 septembre 2014, tous les lots de Méningitec en cours de validité, en raison de la détection de particules d'oxyde de fer et d'acier (rouille) lors des contrôles qualité.

Compte-tenu des résultats des analyses statistiques et toxicologiques et des données de pharmacovigilance, l'ANSM considère à ce jour, qu'il n'existe pas de risque pour la santé des personnes vaccinées lié à ce défaut de qualité.

L'ANSM, en collaboration avec les laboratoires commercialisant les autres vaccins méningococciques monovalents conjugués de sérogroupe C (Neisvac et Menjugate) a, par ailleurs, mis en place les mesures nécessaires afin de pallier l'indisponibilité de la spécialité Meningitec et de répondre au besoin en vaccins antiméningococciques C sur le territoire national.

  •  Retour des vaccins pentavalents Infanrixquinta et Pentavac dans le circuit officinal.

Les tensions d'approvisionnement des vaccins combinés pédiatriques contenant la valence coqueluche des laboratoires Glaxosmithkline (GSK) et Sanofi Pasteur MSD sur l'ensemble de l'année 2015 semblent s'apaiser, permettant ainsi une distribution contingentée des vaccins pentavalents Infanrixquinta et Pentavac en pharmacie d'officine. La distribution prioritaire de ces vaccins auprès des centres de Protection maternelle et infantile (PMI) et des centres de vaccination est toutefois maintenue.

  •  Nouvel avis du Haut Conseil de la santé publique sur la vaccination par les sages-femmes.

Ce nouvel avis, publié le 17 décembre 2015, recommande d'étendre les compétences des sages-femmes leur permettant ainsi :

1) De vacciner les personnes vivant dans l'entourage des nouveau-nés.

Le HCSP considère que l'entourage est défini comme les personnes vivant sous le même toit que le nouveau-né. Il propose que les sages-femmes participent à la vaccination de ces personnes contre la coqueluche, le méningocoque C, la rougeole et la grippe. La vaccination sera effectuée conformément au calendrier vaccinal en vigueur.

2) La vaccination contre la varicelle.

Le HSCP recommande que la liste des vaccinations que les sages-femmes peuvent pratiquer à leur patientes soit complétée par l'adjonction de la vaccination contre la varicelle.

  • Rénovation de la politique vaccinale : plan d'action en quatre axes.

Face au développement d'un mouvement de défiance vis-à-vis de la vaccination, la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Marisol Touraine a lancé le 12 janvier 2016 un plan d'action pour la rénovation de la politique vaccinale en France. Ce plan, dont l'objectif est de renforcer la confiance dans la vaccination, s'appuie sur les recommandations de Sandrine Hurel et s'articule en quatre axes.

1) Mieux informer le grand public et les professionnels de santé grâce à la mise en place d'un site internet dédié à la vaccination et grâce à l'accélération de la mise en oeuvre du carnet de vaccination électronique personnalisé. Un comité des parties prenantes, composé de professionnels de santé, d'associations d'usagers et d'institutionnels, sera également créé pour mieux comprendre les réticences éventuelles et anticiper les situations de crise.

2) Mieux coordonner la politique vaccinale : en améliorant la connaissance des effets indésirables grâce aux échanges entre l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM), en unifiant les instances d'expertise (rattachement du Comité technique des vaccinations (CTV) à la haute Autorité de Santé (HAS)) et en soutenant la recherche sur les vaccins.

3) Sécuriser l'approvisionnement en vaccins en obligeant les industriels produisant des vaccins inscrits au calendrier vaccinal à mettre en place des plans de gestion des pénuries.

4) Lancer une grande concertation citoyenne sur le sujet de la vaccination. Une plate-forme web recueillera les contributions citoyennes, professionnelles, associatives et institutionnelles qui seront ensuite analysées par un jury de professionnels de santé et d'experts. Ces échanges permettront de répondre aux questions concernant le maintien ou non d'une différence entre vaccin obligatoire et vaccin recommandé. Sur la base de ces contributions, des conclusions sur l'évolution de la politique vaccinale seront formulées dès décembre 2016.

  • Baisse de la couverture vaccinale chez les nourrissons.

L'Institut de veille sanitaire (InVS) vient de rapporter une diminution de la couverture vaccinale chez les nourrissons (enfants âgés de moins de 2 ans).

Entre les premiers semestres 2014 et 2015, l'InVS a observé une diminution du nombre de doses de ces vaccins remboursés chez les enfants de moins de 9 mois et estime, à partir de ces données, que la baisse de l'activité de vaccination des nourrissons serait proche de 5 %.

Cette diminution peut s'expliquer par la pénurie en vaccins contenant la valence coqueluche (le vaccin Infanrix hexa, incluant la valence hépatite B, a toujours été disponible, mais 10 % des parents refuseraient ce vaccin). Cependant, l'InVS remarque que la diminution de la vaccination ne concerne pas que les vaccins combinés : elle concerne aussi le vaccin Prevenar 13, pour lequel il n'y a pas eu de tensions d'approvisionnement en 2015. Cette constatation plaide en faveur d'un accroissement de l'hésitation vaccinale et constitue, selon l'InVS, « un résultat préoccupant », le risque étant une diminution de la protection individuelle et collective de la population pédiatrique contre plusieurs maladies infectieuses.


Maladies : Coqueluche Diphtérie Hépatite B Méningocoque C Pneumocoque Poliomyélite Tétanos

Vaccins : Infanrix hexa INFANRIXQUINTA INFANRIXTETRA MENINGITEC PENTAVAC PREVENAR 13