La couverture vaccinale en France : où en est-on ?

Publié le 28 avr. 2013 à 22h06

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 25 novembre 2021.

A l'occasion de la Semaine européenne de la vaccination, l'Institut de veille sanitaire (InVS) a fait le point sur la couverture vaccinale en France. La situation est contrastée avec des couvertures vaccinales très élevées pour certains vaccins du nourrisson et des couvertures insuffisantes et inférieures aux objectifs fixés par la loi de santé publique pour d'autres. L'InVS note cependant des couvertures vaccinales plutôt en progression, pour la plupart des vaccins, notamment ces dernières années. C'est le cas des vaccinations des nourrissons contre les infections par le virus de l'hépatite B, les infections invasives à pneumocoque, le méningocoque C et pour la deuxième dose du vaccin rougeole-rubéole-oreillons. L'InVS souligne, en revanche, l'insuffisance de la vaccination chez l'adolescent et l'adulte, et rappelle la nécessité de poursuivre les efforts pour ces populations afin d'atteindre les objectifs fixés par la loi de santé publique, soit au moins 95 % pour toutes les vaccinations à l'exception de la grippe (75%).

Diphtérie, tétanos, poliomyélite et coqueluche

Les données issues des certificats de santé de l'enfant montrent des couvertures vaccinales élevées pour les vaccinations du nourrisson contenant les vaccinations obligatoires (diphtérie, tétanos, poliomyélite) mais aussi contre la coqueluche. Elles se situent autour de 98 % à l'âge de deux ans pour la primovaccination avec trois doses. Les ventes de ces vaccins sont globalement stables ces dernières années et même en légère augmentation.

Il n'existe pas de données récentes chez l'adulte. En 2002, la proportion d'adultes ayant reçu un rappel depuis moins de 15 ans était de 34 % contre la diphtérie, 71 % contre le tétanos et 42 % contre la poliomyélite. Il est attendu une amélioration de la couverture vaccinale contre ces maladies avec la mise en place du nouveau calendrier vaccinal simplifié de l'adulte en 2013.

Rougeole, rubéole et oreillons (RRO)

Les données de remboursements des vaccins RRO permettent d'estimer que les couvertures à 2 ans pour une et deux doses ont augmenté respectivement de 87 % à 91 % et de 41 % à 62 % chez les enfants nés en 2006 d'une part et ceux nés en 2010 d'autre part. La diminution des ventes de vaccin, notamment entre 2011 et 2012 (10 %), ne témoigne pas d'une diminution de la couverture du nourrisson mais reflète la diminution au fil du temps des activités de rattrapage vaccinal au-delà de deux ans.

Pneumocoque

Une baisse des ventes de vaccin pneumocoque (23 %) est observée entre 2008 et 2012, reflétant le passage en avril 2009 d'un calendrier à quatre doses à un calendrier simplifié à trois doses. Les données de remboursement permettent d'estimer que la couverture vaccinale pour au moins une dose à l'âge de 6 mois a progressé de 94 % à 96 % chez les enfants nés respectivement en 2008 et en 2011.

Méningocoque C

Les ventes de vaccins contre le méningocoque C ont été multipliées par 20 entre 2008 et 2012, à la suite de l'intégration de cette vaccination dans le calendrier vaccinal et de son remboursement en 2010. La baisse des ventes de ce vaccin entre 2010 et 2012 (28 %) et entre 2011 et 2012 (17 %) ne peut être interprétée comme une diminution de la couverture vaccinale dans la mesure où un très large rattrapage concernant les enfants de 2 à 24 ans ayant été recommandé en 2010, il était attendu un pic de consommation en 2010, suivi d'une diminution au fil du temps.

Cependant la couverture vaccinale des enfants contre le méningocoque C reste très insuffisante. Seuls 60 % des enfants nés en 2009 avaient reçu à l'âge de 2 ans une dose de vaccin méningocoque C.

Hépatite B

Les ventes de vaccins pédiatriques incluant la vaccination contre l'hépatite B ont progressé de 17 % entre 2008 et 2012 et ont été stables entre 2011 et 2012. Cette progression est confirmée par les données issues de certificats de santé de l'enfant ainsi que par les données de remboursement de vaccins. Selon cette dernière source, la couverture pour au moins une dose de vaccin contre l'hépatite B à l'âge de 6 mois est passée de 61 % à 86 % chez les enfants nés respectivement en 2008 et 2011.

Par contre la situation est moins favorable pour les adolescents : moins de la moitié d'entre eux sont à jour de la vaccination contre l'hépatite B.

Papillomavirus humains (HPV)

Seulement un tiers environ des jeunes filles concernées par la recommandation relative au vaccin HPV ont été complètement vaccinées.

Grippe

Dans les populations pour lesquelles la vaccination contre la grippe est recommandée, notamment les adultes de 65 ans ou plus, la couverture vaccinale est nettement inférieure à l'objectif de 75 % (seulement environ 50 % dans le groupe des personnes âgées de 65 ans ou plus, en baisse constante depuis trois ans).

Source : Institut de veille sanitaire.