Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Baisse de la vaccination et de la protection des nourrissons contre plusieurs maladies

Publié le 14 jan. 2016 à 11h19

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.
- Médecin biologiste en poste à la Direction centrale du service de santé des armées.
- Membre de droit (sans droit de vote) de la Commission technique des vaccinations de la HAS, représentant du Service de santé des armées.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 10 décembre 2018.

L'Institut de veille sanitaire (InVS) vient de rapporter une diminution de la couverture vaccinale chez les nourrissons (enfants âgés de moins de 2 ans). Dans cette population, la couverture vaccinale contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite et les méningites à Haemophilus influenzae type b est très élevée en France depuis de nombreuses années, supérieure à 98 % à l'âge de deux ans. Ce taux satisfait à l'objectif de santé publique (couverture vaccinale égale ou supérieure à 95 %).

Les vaccins utilisés contre ces maladies sont des vaccins combinés incluant la valence hépatite B (Infanrix Hexa) ou ne l'incluant pas (Infanrixquinta et Pentavac). La couverture vaccinale contre les infections invasives à pneumocoque (méningites et septicémies) avec le vaccin Prevenar 13 dépasse 90 %. 

Entre les premiers semestres 2014 et 2015, l'InVS a observé une diminution du nombre de doses de ces vaccins remboursés chez les enfants de moins de 9 mois et estime, à partir de ces données, que la baisse de l'activité de vaccination du nourrisson serait proche de 5 %

On pourrait penser que cette baisse de la vaccination est due à la situation de pénurie. Le vaccin Infanrix Hexa, incluant la valence hépatite B, est bien disponible, mais environ 10 % des parents refuseraient ce vaccin. 

Cependant, l'InVS remarque que la diminution de la vaccination ne concerne pas que les vaccins combinés : elle concerne aussi le vaccin Prevenar 13 contre les infections à pneumocoque, pour lequel il n'y a pas eu de difficultés d'approvisionnement en 2015. Cette constatation plaide en faveur de l'hypothèse d'un accroissement de l'hésitation vaccinale. Selon l'InVS, cette baisse "constitue un résultat préoccupant", le risque étant une diminution de la protection individuelle mais aussi collective de la population pédiatrique contre plusieurs maladies infectieuses, qui risque à son tour d'entraîner une augmentation du nombre de cas d'infections graves chez les enfants. 

Cette information coïncide avec l'annonce faite hier par la Ministre de la santé d'une refonte de la politique vaccinale, dont l'objectif prioritaire est de renforcer la confiance dans la vaccination.

Source : Institut de veille sanitaire.


Maladies : Coqueluche Diphtérie Haemophilus influenzae b Hépatite B Pneumocoque Poliomyélite Tétanos

Vaccins : Infanrix hexa INFANRIXQUINTA PENTAVAC PREVENAR 13

Référence principale :