Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Tensions d’approvisionnement des vaccins contre la coqueluche : adaptation de la stratégie vaccinale

Publié le 11 mar. 2015 à 19h01

Biographie

Pharmacien d'officine.

Liens d'intérêt

Aucun lien d'intérêt.

Le Haut Conseil de santé publique (HCSP) vient de publier un avis sur l'adaptation de la stratégie vaccinale face aux difficultés d'approvisionnement des vaccins combinés contenant la valence coqueluche (avis du 25 février 2015).

Ces difficultés d'approvisionnement concernent les vaccins tétravalents pédiatriques contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche à dosage normal ou DTCaP (InfanrixTetra® et Tetravac-Acellulaire®) et pentavalents DTCaP-Hib, incluant en outre la valence Haemophilus influenzae type b (InfanrixQuinta® et Pentavac®). A noter que "Ca" signifie "coquelucheux acellulaire", en référence aux antigènes utilisés. Le vaccin combiné hexavalent DTCaP-Hib-HepB InfanrixHexa®, qui confère également une protection contre l'hépatite B, n'est pas concerné par ces tensions. L'approvisionnement des pharmacies et des hôpitaux est concerné pour toute l'année 2015.

Par ailleurs, un autre vaccin hexavalent (Hexyon®) vient d'obtenir le 24 février 2015 une extension de son autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne pour un schéma vaccinal simplifié (2 doses et un rappel) pour la vaccination des nourrissons. Le HCSP recommande que ce vaccin commercialisé en Europe par Sanofi Pasteur MSD puisse être rapidement disponible sur le marché français.

Ces difficultés d'approvisionnement sont multifactorielles et d'ores et déjà, les deux laboratoires GSK et Sanofi Pasteur MSD travaillent à leur résolution.

Stocks de vaccins contre la coqueluche

La distribution de ces vaccins fait déjà l'objet d'un très fort contingentement pour préserver le plus longtemps possible les quantités restantes qui sont limitées. Cependant, les approvisionnements prévus au cours de l'année 2015 ne permettront pas de répondre en totalité aux besoins du marché, mettant alors en péril l'application de la politique vaccinale. Or, une baisse de la couverture vaccinale contre la coqueluche expose à court ou moyen terme à une augmentation de l'incidence de cette maladie, notamment chez les nourrissons de moins de 6 mois. Ceux-ci sont particulièrement à risque d'être victimes d'une forme grave, voire mortelle, de coqueluche.

Adaptation de la stratégie vaccinale

Deux priorités sont définies :

  • le maintien de la primo-vaccination des nourrissons (deux doses et un rappel), compte tenu de la gravité des cas de coqueluche chez les très jeunes enfants ;
  • la stratégie du cocooning (comprenant la vaccination en milieu professionnel).

La vaccination des nourrissons

  • Compte-tenu du maintien actuel de l'approvisionnement en vaccin hexavalent, le schéma vaccinal selon le calendrier 2, 4 et 11 mois n'est pas modifié ;
  • Pour les familles qui ne souhaitent pas faire vacciner leur enfant contre l'hépatite B, trois alternatives sont possibles :
    - Il est recommandé que les agences régionales de santé (ARS) pratiquent un inventaire des centres de Protection maternelle et infantile (PMI) détenteurs des doses de vaccins pentavalents (InfanrixQuinta®, Pentavac®) et portent ces informations à la connaissance des médecins, afin qu'ils puissent orienter leurs patients demandeurs vers ces centres ;
    - Les vaccins pentavalents n'étant plus disponibles en officine, mise en place d'un circuit de distribution (par exemple via les grossistes répartiteurs) pour permettre l'accès au vaccin des populations prioritaires ;
    - Un vaccin pentavalent peut être reconstitué par le professionnel de santé vaccinateur en injectant le contenu du vaccin Tetravac-Acellulaire® dans le flacon de poudre du vaccin monovalent anti-Haemophilus influenzae type b ActHib®. En conséquence, ces deux vaccins ne seraient plus disponibles en officine afin de réserver leur accès aux populations prioritaires.

Le rappel pour la vaccination des enfants de 6 ans

Ce rappel devra être effectué en utilisant l'un des vaccins à dosage réduit dTcaP (BoostrixTetra® ou Repevax®) au lieu d'un vaccin pédiatrique normalement dosé DTCaP (InfanrixTetra ou Tetravac-Acellulaire, dont l'approvisionnement est suffisant et qui peuvent être utilisés à cet âge. Les lettres "d" ou "ca" (en minuscules) indiquent un dosage en antigènes réduit par rapport aux valences pédiatriques utilisées en primovaccination. Ces enfants recevront ultérieurement, lors du rappel des 11-13 ans, un vaccin DTCaP (dose entière d'antigène).

Le rappel pour la vaccination des enfants de 11-13 ans

Depuis le changement de calendrier vaccinal en 2013, la stratégie vaccinale est la suivante. Pour les adolescents de 11-13 ans ayant reçu un vaccin à dosage réduit dTPolio (ou dTcaPolio) à l'âge de 6 ans, il convient d’administrer un vaccin pédiatrique à dosage normal DTCaPolio entre 11 et 13 ans. Pour ceux ayant reçu un vaccin DTCaPolio à l'âge de 6 ans, il convient d’administrer un vaccin dTcaPolio entre 11 et 13 ans.

Dans la situation actuelle de pénurie, le rappel de 11-13 ans doit être effectué avec un vaccin dTcaP (BoostrixTetra® ou Repevax®) dans tous les cas. Si des situations de tension survenaient sur ces vaccins, ce rappel pourrait être effectué préférentiellement à l'âge de 13 ans.

Le rappel pour la vaccination à l'âge de 25 ans

Concourant à la stratégie du cocooning, il doit être maintenu comme prévu en utilisant l'un des vaccins dTcaP (BoostrixTetra® ou Repevax®).

Vaccination contre la coqueluche dans la stratégie du cocooning et autour des cas 

  • Les enfants de la fratrie non à jour de leurs vaccinations recevront un vaccin hexavalent : InfanrixHexa® s'ils sont âgés de moins de 3 ans ou Hexyon® s'ils ont moins de 2 ans ;
  • Ceux âgés de 3 ans et plus recevront un vaccin dTcaP (BoostrixTetra® ou Repevax®).

Vaccination des nouveaux nés de mères infectées par le virus de l'hépatite B

  • Ces enfants recevront les deux premières doses de vaccin monovalent contre l'hépatite B à la naissance et à 1 mois ; ils sont prioritaires pour recevoir un vaccin pentavalent DTCaP-Hib à 2 mois et 4 mois. Puis la troisième dose de vaccin contre l'hépatite B sera administrée avec le vaccin hexavalent DTCaP-Hib-HepB à 11 mois. Dans le schéma actuel, ces nouveau-nés reçoivent un vaccin hépatite B monovalent à la naissance, à 1 et 6 mois et un vaccin pentavalent à 2, 4 et 11 mois. La nouvelle recommandation permet donc d'économiser une dose de vaccin pentavalent.
  • Les prématurés nés de mères infectées par le virus de l'hépatite B recevront une dose de vaccin hépatite B à la naissance et à un mois, un vaccin hexavalent à l'âge de 2 mois et de manière prioritaire une dose de vaccin pentavalent à l'âge de 4 mois et un rappel par un vaccin hexavalent à 11 mois.

Les nouveau-nés en Guyane et à Mayotte

  • Pour les nouveau-nés dont les mères sont infectées par le virus de l'hépatite B, le schéma précédent est recommandé, selon qu'ils sont ou non prématurés.
  • Les autres recevront une dose de vaccin hépatite B à la naissance, une dose de vaccin hexavalent à l'âge de 2 mois, de manière prioritaire une dose de vaccin pentavalent à l'âge de 4 mois, ou à défaut une dose de vaccin hexavalent, et une dose de vaccin hexavalent à l'âge de 11 mois.

L'adaptation de la stratégie vaccinale contre la coqueluche a été intégrée dans le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net, afin de faciliter son application par les professionnels de santé et l'information des familles.

Source : Haut Conseil de la santé publique.


Maladies : Coqueluche Diphtérie Haemophilus influenzae b Hépatite B Poliomyélite Tétanos

Vaccins : ACT-HIB BOOSTRIXTETRA GENHEVAC B PASTEUR HBVAXPRO 5 µg Infanrix hexa INFANRIXQUINTA INFANRIXTETRA PENTAVAC REPEVAX TETRAVAC-ACELLULAIRE

Référence principale :