Exigences et recommandations vaccinales pour le pèlerinage à La Mecque (Hajj et Omra)

Publié le 30 sept. 2021 à 17h27

Biographie

Médecin biologiste.

En août 2021, après 18 mois de fermeture, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle allait rouvrir ses frontières aux pèlerins étrangers, à condition qu'ils soient vaccinés contre la covid 19 et qu'ils se soumettent aux règles édictées par le pays.

Le pèlerinage à La Mecque comprend le Hajj, ou grand pèlerinage, qui a lieu entre les 8 et 13 du mois lunaire de Dhû al-hijja, et la Omra, ou petit pèlerinage, qui peut se faire toute l’année. Chaque année, entre 4 et 5 millions de pèlerins, dont environ 25 000 Français, se rendent à La Mecque.

Cette nouvelle vise à informer les visiteurs voyageant en Arabie Saoudite pour la Omra, le Hajj ou des travaux saisonniers dans les régions du Hajj et de la Omra. Le ministère de la Santé saoudien a publié un guide pour la santé des pèlerins du Hajj et de la Omra. Des informations complémentaires peuvent aussi être trouvées sur le site Web du ministère de la Santé du Royaume d'Arabie saoudite.


1. La préparation du séjour

1.1. Covid 19

Les autorités saoudiennes ont annoncé la levée de l'interdiction d'entrée dans le royaume, à compter du 1er août 2021, pour les titulaires d'un visa touristique (e-visa) obtenu via le site officiel VisitSaudi.com.

Les conditions d'entrée en Arabie Saoudite sont détaillées et mises à jour régulièrement sur le site du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (diplomatie.gouv).

L'entrée en Arabie Saoudite reste interdite aux ressortissants non-saoudiens en provenance des pays suivants : Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Égypte, Inde, Indonésie, Liban, Pakistan et Turquie. Ces voyageurs doivent passer un minimum de 14 jours en dehors des pays précités avant de pouvoir prétendre à l'entrée dans le royaume.

En l'absence de vaccination contre la covid 19, depuis le 20 mai 2021, tout voyageur non-saoudien en provenance de l'étranger doit se soumettre à une septaine dans une structure d'hébergement agréée par le gouvernement saoudien dans la ville d'arrivée sur le territoire. La réservation du lieu de quarantaine doit s'effectuer par le biais de la compagnie aérienne. Un test PCR doit être réalisé le 1er jour et le dernier jour de cette septaine (les enfants âgés de 8 ans ou moins sont dispensés d'effectuer les tests PCR).

Ces mesures de quarantaine ne s'appliquent cependant pas aux personnes considérées comme immunisées contre la covid 19. Les autorités saoudiennes considèrent comme immunisées les non résidents et primo-visiteurs ayant reçu depuis plus de 14 jours, en dehors du royaume :

La présentation d'un certificat de vaccination traduit en anglais ou en arabe et émis par le ministère de la Santé ou par l'assurance-maladie (téléchargeable sur www.ameli.fr) est exigée. La vaccination doit être enregistrée sur la page https://muqeem.sa/#/vaccine-registration/home au maximum 72 heures avant l'arrivée sur le territoire.

De plus, quel que soit le pays de provenance, les voyageurs âgés de 8 ans et plus doivent produire, lors de l'enregistrement auprès de la compagnie aérienne et à l'arrivée sur le territoire saoudien, le résultat négatif d'un test PCR réalisé moins de 72 heures avant l'arrivée en Arabie Saoudite.

Tous les voyageurs, à l'exception des ressortissants saoudiens, des résidents (titulaires d'une iqama, document utilisé pour la gestion des recrutements étrangers en Arabie Saoudite) et des ressortissants des pays du Conseil de Coopération du Golfe, doivent en outre souscrire impérativement une assurance médicale couvrant les frais médicaux liés à la covid 19.

1.2. Les vaccinations relevant du Règlement Sanitaire International

a. Méningite à méningocoque

Toute personne âgée de plus de 2 ans arrivant pour la Omra, le Hajj ou pour un travail saisonnier dans les zones du Hajj, est tenue d'être vaccinée contre les infections invasives à méningocoques avec un vaccin méningococcique tétravalent conjugué A, C, Y, W. Cette vaccination est obligatoire pour l'obtention des visas pour le pèlerinage en Arabie saoudite.

Le vaccin doit être administré au moins 10 jours avant l'arrivée prévue en Arabie saoudite. La vaccination doit être attestée par un Certificat International de Vaccination (cf. Annexe 6 du Règlement sanitaire international) sur lequel sera collée l'étiquette du vaccin indiquant le nom du vaccin et le numéro de lot.

La durée administrative de validité de la vaccination par le vaccin méningococcique tétravalent conjugué A, C, Y, W est de 5 ans à condition que sur le Certificat International de Vaccination soit précisé qu'il s'agit de vaccin conjugué (« conjugate tetravalent ACYW meningoccal vaccine »). En l'absence de cette indication de vaccin conjugué, la validité du Certificat International de Vaccination est de 3 ans.

Les preuves scientifiques actuelles suggèrent que les vaccins conjugués sont sûrs et efficaces pour les pèlerins de plus de 55 ans.

Les vaccins contre les méningites de type A ou C ne suffisent pas.

Le ministère de la Santé du Royaume d'Arabie saoudite peut décider d'administrer des antibiotiques prophylactiques à certains voyageurs aux points d'entrée s'il le juge nécessaire.

b. Fièvre jaune

Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé pour les voyageurs âgés d'un an ou plus arrivant de pays présentant un risque de transmission de la fièvre jaune et pour les voyageurs ayant transité pendant plus de 12 heures par un aéroport d'un pays présentant un risque de transmission de la fièvre jaune. La liste de ces pays est détaillée ci-dessous ; elle inclut la Guyane française :

  • États africains : Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d'Ivoire, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Équatoriale, Kenya, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Ouganda, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Sénégal, Sierra Leone, Soudan du Sud, Soudan, Tchad, Togo.
  • États d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale : Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Équateur, Guyane française, Guyana, Panama, Paraguay, Pérou, République bolivarienne du Venezuela Surinam, Trinité-et-Tobago.

Le certificat de vaccination contre la fièvre jaune est valable pour la vie à compter du 10e jour après la vaccination.

c. Poliomyélite

Les voyageurs en provenance de zones de transmission active du poliovirus (c'est-à-dire celles où la transmission d'un poliovirus sauvage ou dérivé d'un vaccin est active) et de pays présentant un risque de réintroduction de la polio doivent présenter un certificat de vaccination contre la polio en cours de validité.

Les voyageurs en provenance d'Afghanistan, de la République démocratique du Congo, du Mozambique, du Myanmar, du Niger, du Nigeria, du Pakistan, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de la République arabe syrienne, de Somalie et du Yémen doivent présenter une preuve de vaccination avec au moins l'un des vaccins suivants :

  • au moins une dose de vaccin antipoliomyélitique oral bivalent (VPO) au cours des 12 derniers mois et administrée au moins 4 semaines avant l'arrivée ; ou
  • au moins une dose de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) au cours des 12 derniers mois et administrée au moins 4 semaines avant l'arrivée.

Les voyageurs en provenance d'Afghanistan, du Myanmar, du Nigeria, du Pakistan, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de la République arabe syrienne, de Somalie et du Yémen recevront également une dose de VPO aux points d'entrée en Arabie saoudite.

1.3. Les vaccinations recommandées

a. Vaccinations courantes

Il est recommandé au pèlerin d'être à jour des vaccinations courantes du calendrier vaccinal français : diphtérie, tétanos, poliomyélite et coqueluche mais aussi rougeole et hépatite B. La vaccination contre les infections à pneumocoque est recommandée pour les personnes immunodéprimées et les patients porteurs d'une maladie sous-jacente prédisposant à la survenue d'Infection Invasive à pneumocoque (insuffisance cardiaque, insuffisance respiratoire chronique …).

b. Grippe saisonnière

Le ministère de la Santé saoudien recommande à tous les visiteurs arrivant pour l'Omra, le Hajj ou un travail saisonnier dans les zones du Hajj de se faire vacciner contre la grippe saisonnière.

La vaccination est recommandé pour tous les pèlerins et notamment les personnes âgées, ceux souffrant de maladies chroniques (telles que maladies cardiaques, pulmonaires, rénales, maladies métaboliques, neurologiques, hépatiques), d'immunodéficience de type congénital ou acquis (par exemple les personnes vivant avec le VIH, recevant une chimiothérapie ou une corticothérapie prolongée ou encore atteintes d'un cancer), et de troubles métaboliques (diabète), ainsi que les personnes souffrant d'obésité sévère et les femmes enceintes de 4 mois et plus. Le ministère de la santé saoudien inclut les enfants de moins de 5 ans dans ses recommandations. Le vaccin doit être administré au moins 2 semaines avant le pèlerinage.

La campagne de vaccination antigrippale pour la France métropolitaine et les départements-régions d'outremer des Amériques (Martinique, Guadeloupe, Guyane) est celle de l'hémisphère Nord. Il en est de même à Mayotte. La campagne de vaccination est initiée précocement, en septembre, dès la mise à disposition des vaccins antigrippaux.

La campagne de vaccination antigrippale pour La Réunion est celle de l'hémisphère Sud et débute en avril et fait appel aux vaccins dont la composition est recommandée pour l'hémisphère Sud.

c. Hépatite A

La vaccination est fortement recommandée dès l'âge d'un an pour les personnes nées en France se rendant en Arabie Saoudite.

1.4. L'aptitude au voyage

Les aptitudes et les conditions de santé des personnes qui souhaitent faire le pèlerinage du Hadj ou de la Omra doivent être vérifiées. Les personnes qui présentent des affections médicales graves (par exemple un cancer, une maladie cardiaque, respiratoire, hépatique ou rénale avancée),  une maladie chronique (diabète, drépanocytose …) ou une maladie entraînant une baisse de l'immunité (diminution des défenses contre les infections) doivent consulter leur médecin traitant avant leur départ pour évaluer si le pèlerinage est compatible avec leur état de santé.

Si le médecin juge le voyage possible, la consultation sera l'occasion de préparer les documents qui seront nécessaire au voyage.

Il est recommandé à tout voyageur atteint d'une ou plusieurs maladies chroniques d'emporter avec lui un compte-rendu médical, traduit dans la langue du pays de destination ou au moins en anglais

Les médicament et dispositifs médicaux (glucomètre par exemple) à amener en voyage sont les suivants :

  • En cas de traitement régulier pour une maladie chronique, il faut prévoir une quantité suffisante de médicaments pour la durée du séjour augmentée par sécurité de quelques jours.
  • Pour toutes les informations concernant les contrôles de sécurité, les règles de transport des médicaments, des liquides et des dispositifs médicaux en cabine, il convient de se renseigner auprès de sa compagnie aérienne ou via le site de la Direction générale de l'Aviation civile (application AIRBAG).
  • Concernant le passage aux douanes, il est recommandé de voyager avec l'ordonnance de son traitement régulier sous sa dénomination commune internationale (DCI) et rédigée si possible en anglais.
  • Comme il n'y a pas d'harmonisation des réglementations, chaque pays applique ses propres dispositions. Outre l'ordonnance du médecin traitant, chaque patient doit avant son départ se renseigner sur la législation en vigueur dans le pays de destination auprès de l'ambassade (ou consulat) en France du royaume d'Arabie Saoudite ou auprès de l'ambassade de France en Arabie Saoudite. afin de connaître la réglementation en vigueur.
  • Une vigilance particulière concerne les médicaments stupéfiants ou psychotropes. Pour connaitre les dispositions des différents pays, on peut consulter le site de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS).
  • Les patients diabétiques devront disposer en plus de l'ordonnance précisant leur traitement, d'un certificat médical, traduit si possible en anglais, précisant le matériel indispensable à la prise en charge du diabète (matériel d'injection d'un traitement (aiguilles, seringues et stylos injecteurs, pompe à insuline, lecteur de glycémie …). Plusieurs documents d'information détaillant les mesures à prendre dont disponibles sur l'internet ("Le diabète à l'aéroport", site ameli).


2. Le voyage

Afin de prévenir les thromboses veineuses en lien avec les voyages en avion les mesures suivantes sont recommandées : s'hydrater régulièrement au cours du vol, bouger fréquemment les jambes, se déplacer dans l'avion et porter des bas de contention de type 2.


3. Pendant le séjour

3.1. Sécurité

Les Français de passage sont invités à s'enregistrer sur le fil d'Ariane, afin de recevoir les alertes concernant le pays où ils se trouvent.

Mouvements de foules : bien que le contrôle des foules se soit amélioré ces dernières années et que les rituels se soient rationalisés pour permettre un flux continu de pèlerins, le surpeuplement reste un danger potentiel. Un certain nombre de règles sont à respecter.

3.2. Prévenir la survenue de certaines maladies infectieuses par des mesures simples

a. Covid 19 coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et autres infections respiratoires au mode de transmission identique

Le respect des gestes barrières, dont la distanciation sociale et le port du masque, reste obligatoire dans les lieux publics en Arabie Saoudite.

Les mesures d'hygiène suivantes sont recommandées :

  • hygiène des mains : se laver les mains à l'eau savonneuse ou préférentiellement avec une solution hydroalcoolique surtout après avoir toussé, éternué, après avoir utilisé les toilettes, avant de manipuler et de consommer de la nourriture, et après avoir touché des animaux ; après un contact avec une personne malade et son environnement ;
  • utiliser des mouchoirs en papier jetables lorsque de toux ou éternuements et jeter les mouchoirs usagés dans un récipient corbeille à papier ;
  • tousser ou d'éternuer dans le pli du coude ;
  • essayer autant que possible d'éviter de toucher les yeux, le nez et la bouche avec la main ;
  • porter un masque facial dans les endroits très fréquentés ;
  • saluer sans serrer la main ;
  • éviter les contacts avec les personnes qui semblent malades et éviter de partager leurs effets personnels ;
  • mesures spécifiques vis-à-vis du MERS-coV : éviter les contacts avec les animaux en particulier avec les chameaux et dromadaires dans les fermes, les marchés ou les granges ; éviter de boire du lait de chamelle frais ou de manger de la viande chameau crue ou mal cuite ou des produits animaux qui n'ont pas été bien cuits auparavant.

Sur place, en cas de forte fièvre et de difficultés respiratoires (ou diarrhée pour les personnes à risque ou immunodéprimées), vous devez aller consulter un médecin sans délai, vous tenir à distance des autres personnes, et vous couvrir la bouche et le nez en cas de toux ou d'éternuement avec un mouchoir ou la manche.

b. Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les autorités saoudiennes n'autorisent pas les pèlerins à importer de la nourriture, sauf en petites quantités et dans des récipients bien fermés.

Les pèlerins doivent respecter les points suivants :

  • se laver les mains avant et après avoir mangé et après être allé aux toilettes ;
  • éviter d'utiliser les objets personnels des autres ;
  • nettoyer et laver soigneusement les légumes et les fruits frais ;
  • bien cuire les aliments et consommer de la viande bien cuite ;
  • consommer du lait pasteurisé ;
  • conserver les aliments au froid ;
  • séparer les aliments crus et cuits ;
  • utiliser de l'eau en bouteilles ou l'eau traitée par filtration et purification, pour boire et cuisiner; sinon, il faut veiller à la faire bouillir avant utilisation.

c. Maladie à virus Zika et fièvre dengue

Le ministère de la santé exige que les aéronefs, navires et autres moyens de transport en provenance de pays touchés par le virus Zika ou la dengue présentent un certificat valide attestant que la désinsectisation a été appliquée, conformément aux méthodes recommandées par l'OMS.

Les pèlerins doivent également se protéger des piqûres de moustiques pendant la journée et la soirée, notamment par :

  • le port de vêtements (de préférence de couleur claire) couvrant le plus possible le corps ;
  • en utilisant une moustiquaire ;
  • en fermant les ouvertures (portes, fenêtres) ;
  • en appliquant un insectifuge contenant du DEET, de l'IR3535 ou de l'icaridine sur la peau (selon les recommandations du produit).

3.3. Pour les diabétiques

Les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles d'être sujets à des infections, à la déshydratation, à des maladies liées à la chaleur ainsi, à un déséquilibre du diabète et  à des problèmes de pieds.

Afin de prévenir ces problèmes :

  • Connaître les signes d'hypoglycémie et la façon dont elle doit être prise en charge ;
  • Contrôler régulièrement sa glycémie ;
  • Emporter des comprimés de glucose et des bonbons ;
  • S'hydrater régulièrement ;
  • Prendre des repas réguliers ;
  • Continuer à suivre son traitement (Conserver l'insuline dans au frais, à l'abri de la lumière directe du soleil) ;
  • Utiliser une tendeuse électrique plutôt que le rasoir pour éviter autant que possible les blessures et les infections ;
  • Prévenir les problèmes de pieds (ne pas marcher pieds nus ; porter des chaussures de protection et confortables qui ont été suffisamment «portées» (pas de chaussures neuves) ; bien sécher les pieds après lavage (insister entre les orteils) ; vérifier l'absence de plaie ; bien laver, désinfecter et protéger toute blessure.

3.4. Protection contre la chaleur

Les pèlerins, en particulier les plus âgés, doivent éviter l'exposition directe au soleil lors de l'exécution de rituels et boire régulièrement de l'eau. Un réajustement par le médecin traitant de la posologie des médicaments qui peuvent augmenter la déshydratation (par exemple les diurétiques) est parfois nécessaire.


4. Au retour

4.1. Retour en France et covid 19 

L'Arabie Saoudite est un pays de catégorie 1 (pays/ territoires de la liste "verte").

Au retour en France, vous devez présenter un justificatif du statut vaccinal contre la covid 19 et une déclaration sur l'honneur attestant d'une absence de symptômes d'infection à la covid 19 et de contact avec un cas confirmé de covid 19.  Cette déclaration est à présenter aux compagnies de transport avant l'utilisation du titre de transport et aux autorités en charge du contrôle aux frontières (liaisons aériennes, maritimes, terrestres, dont les liaisons ferroviaires). Ces documents sont téléchargeables sur le site internet du ministère de l'Intérieur. À défaut de présentation de ces documents, l'embarquement pourra être refusé et vous serez reconduit à l'extérieur des espaces concernés.

4.2. Risque de décompensation de maladies chroniques

Le pèlerinage expose à un risque de décompensation de maladies chroniques (insuffisance cardiaque ou respiratoire, diabète, épilepsie, maladies neurodégénératives …). N'hésitez pas à consulter votre médecin à votre retour.

4.3. Si dans les 14 jours qui suivent votre retour en France vous présentez une fièvre et des difficultés respiratoires ou une diarrhée pour les personnes à risque ou immunodéprimées, il convient :

  • d'appeler le SAMU - Centre 15 (téléphone : 15) en signalant ce voyage (ne vous rendez pas dans un service d'urgence) ;
  • de limiter le risque de contamination de vos proches en vous isolant immédiatement dans l'attente de votre prise en charge et des conseils du SAMU – Centre 15.

Sources :